On a testé l’appli StopCovid, voilà à quoi elle ressemble

L'application de traçage numérique se dévoile dans une version bêta, quelques jours avant sa sortie officielle.

Nous avons eu accès à l’application StopCovid, quelques jours avant sa sortie officielle, prévue pour le mardi 2 juin. Quelques journalistes, développeurs et hackers éthiques ont pu mettre la main sur une version bêta, disponible sur Android et iOS. On vous montre à quoi ça ressemble.

Petit rappel en amont, si vous n’avez rien suivi à l’affaire. StopCovid est une application de traçage numérique dont l’objectif est d’accompagner le déconfinement. Elle doit permettre de suivre la propagation de la maladie au sein de la population française en remontant les cas de contamination et le cheminement du virus.

Publicité

En pratique, StopCovid permet, sur la base du volontariat, de renseigner son état de santé vis-à-vis du Covid-19. Si une personne est diagnostiquée malade, l’application diffuse l’information à l’ensemble des personnes avec qui elle a été en contact. Comment ? Grâce au Bluetooth de son mobile, utilisé en permanence par l’application et capable de détecter les autres mobiles utilisant StopCovid grâce à un identifiant. Si vous avez été en contact avec une personne contaminée, StopCovid envoie alors une notification vous demandant de vous confiner au plus vite – sans révéler l’identité de la personne tierce.

Cette application orchestrée par Cédric O, le secrétaire d’État au numérique, a été développée par l’Institut de recherche en sciences et technologie du numérique (Inria). Notons, bien que ce ne soit pas le sujet de cet article, que StopCovid a été l’objet de nombreux débats, focalisant les crispations tant sur son efficacité sanitaire et technologique que sur les choix du gouvernement, notamment vis-à-vis de la solution alternative proposée par Apple et Google.

StopCovid : ça ressemble à quoi ?

Cette version bêta ne nous permet pas d’avoir une idée précise de l’efficience même de l’application. Tout simplement parce que celle-ci reposera sur la quantité de personnes qui l’utilisent, dans la durée. L’interface et les options proposées nous donnent tout de même quelques informations.

Publicité

D’abord, pas besoin d’inscription sur StopCovid. Pas de nom, pas de numéro de mobile ou d’adresse e-mail. À l’ouverture de l’application, on se voit demander d’activer le Bluetooth pour faire fonctionner StopCovid. L’application nous propose ensuite un récapitulatif sur la confidentialité, le RGPD et les informations qui seront collectées.

Publicité

Passons à l’application en elle-même. Il faut reconnaître que l’interface est simple, impeccable et très intuitive. La barre d’outils nous propose trois menus : "Protéger" permet d’activer et de désactiver StopCovid et "Partager" permet d’envoyer le lien de téléchargement de l’application à ses contacts, puisque c’est bien là-dessus que repose tout l’intérêt de l’appli.

La troisième, "Me déclarer" permet de rentrer un code (ou scanner un QR Code) si l’on est malade. Ce code vous sera transmis directement par les autorités sanitaires (laboratoires et médecins) réalisant les dépistages. Qui recevra une alerte si vous rentrez ce fameux code ? Il faudra visiblement rester une quinzaine de minutes, à moins d’un mètre de quelqu’un, pour que l’application enregistre vos identifiants par Bluetooth et les sauvegarde sur votre appareil. Les identifiants seront ensuite conservés pendant quinze jours. Tout ceci est évidemment soumis aux aléas du Bluetooth.

Publicité

On peut d’ailleurs accéder, via la section "Protéger", à un onglet "Gérer mes données". Celle-ci est intéressante. Elle permet d’effacer les données des personnes que l’on a croisées. De la même manière, on peut "Effacer sur le serveur" ses données, c’est-à-dire supprimer son identifiant des autres mobiles. Il est également possible de se désinscrire entièrement de StopCovid.

Vous l’avez compris, il est nécessaire que le Bluetooth soit activé pour que StopCovid fonctionne. Une petite notification "StopCovid est activé" s’affiche alors en permanence sur votre mobile. Nous avons testé StopCovid sur un mobile Android et elle n’a pas connu de crash, ni n’a semblé vraiment gourmande en termes de batterie et de données. Mais une fois de plus, notre "test" de l’application fut limité par l’absence de contact avec d’autres personnes l’utilisant.

Sur iOS, qui empêche les applis d’utiliser le Bluetooth en permanence, les développeurs de l’application ont trouvé une parade pour "réveiller" l’application au cas où le système force son arrêt. Lorsqu’un mobile sous iOS entre en contact avec un autre sous Android, cela réactive l’application. Un système ingénieux sur le papier.

L’application sera disponible le 2 juin prochain. Pour le moment, le retour des hackers éthiques ayant eu accès à l’application semble plutôt positif, bien que certaines failles aient été trouvées.

Par Benjamin Bruel, publié le 29/05/2020