AccueilSociété

Pourquoi les adeptes des SMS automatiques détestent-ils l’humanité

Publié le

par Julie Morvan

"Rappelez-moi plus tard, merci."

Cet été, nous avons tou·te·s été confronté·e·s au moins une fois à ces mails automatiques qu’on ne présente plus : "Out of office." Plus ou moins personnalisés, courts et concis ou bien véritables romans numériques agrémentés d’émojis, les "OoO" nous avertissent depuis des années de l’absence de nos interlocuteur·rice·s. Mais on parle beaucoup moins d’un autre type de message automatique : les SMS pré-écrits que l’on peut envoyer d’un clic lorsque nous ne pouvons – ou ne voulons – pas répondre au téléphone.

On ne reviendra pas sur les multiples malaises et gênes liés aux conversations téléphoniques : peur de déranger, difficulté à cerner les émotions de son interlocuteur·rice, incapacité à raccrocher au bon moment… À cette liste des calvaires oraux, nous nous permettons d’ajouter le plus discret et néanmoins tout aussi cinglant SMS automatique.

Les messages automatiques, ça ne devrait pas être automatique

Sur le papier – ou l’écran –, le concept des messages automatiques est assez sympa : plutôt que raccrocher sèchement, on accompagne le rejet d’appel d’un SMS explicatif. On a mené notre petite enquête, et il semblerait que ses adeptes soient assez rares… et on croit savoir pourquoi.

Je me souviens encore de la douleur cuisante causée par l’un d’entre eux. Un ami que je ne citerai pas avait tenté de me joindre plusieurs fois ; je l’ai donc rappelé dès que je m’en suis aperçu. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je fus accueillie par un simple, court et impersonnel : "Je vous rappellerai" – celui-là même qui orne la vignette de cet article. Coup dur.

Tout aussi blessée qu’intriguée, je me suis rendu compte que mon propre smartphone proposait, lui aussi, un florilège de messages préconçus que je me suis promis de ne jamais utiliser. Prétextant améliorer et optimiser notre quotidien, ces SMS sont en réalité l’une des pires inventions de la communication numérique. Et celles et ceux qui les utilisent n’aiment définitivement pas leurs semblables.

Les messages automatiques proposés par Android.

Ça jette un froid

Le plus violent lorsqu’on reçoit un tel message, c’est sa froideur. Les mots sonnent faux et sont dénués de la moindre chaleur humaine. À l’image de l’émoji passif agressif, ce type de SMS parasite les conversations et brise le lien de confiance qui unissait les personnes. Tout y est : le vouvoiement sorti de nulle part, le point final qui fait mal… Terrain propice à l’incompréhension, la déception et l’altercation.

La flemme dans toute sa splendeur

Non seulement les utilisateur·rice·s de cet outil n’ont aucun scrupule à balancer des messages au ton robotique, mais ce sont aussi de sacré·e·s fainéant·e·s. La tentation est forte, certes : il suffit d’un glissement de doigt, puis d’un simple clic pour rejeter un appel avec un SMS tout fait. Mais cela prend-il vraiment moins de temps que de daigner écrire soi-même un petit message du style "Déso, j’te rappelle dès que je peux !!" ?

Une alternative bien moins sèche sur Android.

Un peu d’altruisme dans ce monde de brutes

Et aucune excuse pour les overbooké·e·s les plus busy qui n’ont littéralement pas le temps de taper un message dans la foulée d’un rejet d’appel : il existe bien une option, sur Android comme sur iOS, pour personnaliser ces fameux SMS automatiques à l’avance. Sur Android, ça se passe dans "Téléphone", "Paramètres", "Messages rapides de refus". Côté iOS, il faut se rendre dans "Réglages", "Téléphone", puis "Répondre par message". Ça prend deux secondes à configurer, c’est modifiable à l’infini et ça préserve l’once d’humanité qui reste (bien) enfouie chez certain·e·s d’entre nous.

Une alternative bien moins sèche sur iOS.


Vous vous êtes déjà pris un message automatique de plein fouet, et ça vous a fait mal ? Dites-nous tout à : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :