AccueilSociété

Pourquoi OnlyFans est contraint d’arrêter le porno

Publié le

par Benjamin Bruel

La pression d’organismes de paiement comme Mastercard a eu raison de la pornographie sur OnlyFans.

Populaire et rentable : en 2020, OnlyFans est devenu le lieu saint, si l’on peut dire, des travailleur·euse·s du sexe. Le site a engrangé plus de 400 millions de dollars de revenus nets l’année dernière. Selon Bloomberg, l’entreprise basée à Londres a connu un taux de croissance de littéralement 100 % à la faveur de la pandémie, réunissant 1,25 million de créateurs et 130 millions d’utilisateurs enregistrés à la fin de l’année. Rien que ça.

Et tous ces jolis billets verts, c’est grâce au porno. La plateforme ne partage pas de données concernant les contenus publiés, et il est impossible de savoir quel est le pourcentage du contenu à caractère sexuel sur OnlyFans. Mais il faut vivre caché dans une caverne, les yeux bandés et avec un Nokia 3310 pour ne pas savoir que ce sont les travailleur·euse·s du sexe qui ont fait le succès de la plateforme. On en a pour preuve la popularité soudaine de Fansly, site proposant grosso modo le même service, qui affirme enregistrer 4 000 inscriptions par heure depuis qu’OnlyFans a annoncé arrêter de faire dans le porno.

Tuer la poule aux œufs d’or, mais pourquoi ?

La semaine dernière, des informations de la BBC, puis de Reuters, ont en effet annoncé que la plateforme créée en 2016 allait interdire les contenus à caractère pornographique. Les "contenus à caractères sexuels explicites" seront bannis à partir du 1er octobre, a par la suite confirmé le site dans un communiqué de presse et un message envoyé aux créateurs. La plateforme n’a pas précisé s’il s’agissait d’un bannissement pur et simple de la nudité ou du contenu pornographique.

Mais peu importe : comme le site de microblogging Tumblr auparavant, OnlyFans tue la poule aux clics et aux abonnements de manière soudaine et inattendue. Pourquoi ?

Dans son communiqué, OnlyFans explique faire ces changements "pour se conformer aux requêtes de [ses] partenaires bancaires et prestataires de services de paiement". Les changements chez OnlyFans sont en effet, en premier lieu, liés à la politique de Mastercard et Visa. Les organismes de paiement sont devenus incroyablement scrupuleux sur les organisations partenaires, en particulier depuis l’affaire Pornhub.

Souvenez-vous : en décembre dernier, une enquête menée par le New York Times mettait le géant du porno en ligne MindGeek (Pornhub, YouPorn, Brazzers) dans un grand embarras. Le quotidien américain soulignait la modération laxiste du site Pornhub, qui hébergeait alors des contenus illégaux (pédophilie, viols, entre autres). Mastercard et Visa avaient alors suspendu leur service sur le site.

Depuis, Pornhub a fait un grand ménage, mais les organismes de paiement ont durci leur discours. En avril, Mastercard a ainsi institué de nouvelles règles qui prendront effet… le 1er octobre prochain. Elles exigent des "mesures de contrôles strictes" et insistent sur plusieurs règles, comme l’examen de toute vidéo et photo avant publication de manière quasi exhaustive. Il est probable que Visa et PayPal suivent le mouvement.

C’est donc sous la pression de ces organismes qu’OnlyFans semble vaciller : au lieu de complètement perdre ses partenariats avec les organismes de paiement, la plateforme choisit de contourner le problème.


Que pensez-vous de la nouvelle politique d’OnlyFans ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :