AccueilSociété

Quand Minecraft aide Gaza à se construire

Publié le

par Battiste Delfino

© ONU-Habitat / Clichés pris lors du
projet Block by Block porté par l’association Aisha en Palestine.

Mission : construire un jardin communautaire.

Depuis 2012, Microsoft et Mojang, les créateurs du célèbre jeu de construction se sont associés à l’ONU pour créer Block by Block, une organisation qui œuvre pour l’amélioration du niveau de vie des populations défavorisées du monde entier.

Par manque d’infrastructures, de moyens ou de volonté, certaines villes souffrent d’une situation qui accentue les inégalités sociales et nuit à la vie communautaire. Des situations qui, parfois, ne nécessitent que quelques travaux et réflexions pour être en partie résolues.

Le programme Block by Block met à contribution des adolescents en les chargeant de réinventer des espaces de leur ville. Sur Minecraft, ils sont invités à reproduire un quartier, un monument ou une place bloc par bloc.

Si leurs chefs-d’œuvre remplissent certains critères et participent bel et bien à l’amélioration du cadre de vie, ils auront une chance de les voir réalisés dans la vie réelle.

En huit ans, plus de 17 000 personnes ont participé aux initiatives de Block by Block dans environ 100 pays différents, embellissant le quotidien de milliers de personnes qui souffrent d’insécurité, de malnutrition, d’isolation ou qui vivent en zone de guerre.

Trois de ces projets concernent Gaza, au Moyen-Orient. Depuis l’arrivée au pouvoir du Hamas en 2007, le blocus israélien encercle le territoire et maintient les habitants, victimes collatérales de la guerre israélo-palestinienne, dans un état de survie permanent. Le conflit a engendré des milliers de morts et plongé Gaza dans une pauvreté désastreuse.

Des opérations en milieu sous-tension

Là-bas, le salaire moyen s’élève à 135 euros par mois et la moitié des jeunes n'ont pas de travail. L’électricité y est absente la plupart du temps.

Les participants de Block by Block ont été sélectionnés par l’association Aisha, qui milite pour la protection des femmes et des enfants sur place. Le projet imaginé dans Minecraft visait à construire un jardin communautaire pour Zawaida, une ville palestinienne.

Le média Rest of World décrit l’intégration des 42 participants – des jeunes femmes pour la plupart – à avoir eu la chance d’imaginer un centre-ville à travers le jeu. "La plupart d’entre nous n’avaient jamais joué à un jeu vidéo auparavant" ont déclaré certains.

Après une visite du terrain le premier jour, les choses sont très vite devenues sérieuses. "Je voulais avoir le design optimal… parce qu’alors mon travail pourrait se refléter dans l’espace réel", explique Fatma, 18 ans, qui participe au projet avec sa sœur Ghada, 17 ans.

Les participants ont été divisés en groupes de quatre. Celui de Ghada a conclu que les mesures de protection étaient une priorité.

"Mes amies et moi avons peur de quitter la maison seules. La menace d’agression sexuelle est trop grande. (Environ 51 % des femmes de Gaza sont victimes de violences sexistes.) Elles avaient besoin d’éclairage, de clôtures, de sécurité et d’un espace séparé pour les femmes et les familles. La clôture était ma contribution", a déclaré Ghada.

Trois femmes architectes palestiniennes ont mené à bien le projet une fois choisi. L’une d’elles, Tasneem Omar, 29 ans, a qualifié le processus de "vraiment révélateur".

Le 31 décembre 2018, le jardin communautaire de Zawaida a ouvert ses portes. Des représentants d’organisations de la société civile de la bande de Gaza, des ONG locales et internationales, des universités locales et des participants à l’atelier Block by Block ont assisté au lancement.

© Cliché remis par l’association Aisha à <em>Rest of World</em> / Le jardin communautaire de Zawaida a ouvert ses portes le 31 décembre 2018.

Christelle Lahoud, 30 ans, chargée de gestion de programme pour ONU-Habitat évoque ce programme comme un marqueur de progrès : "S’ils sont sécurisés, accessibles et accueillants, ces espaces crées sur Minecraft peuvent être des moteurs de cohésion civique, de biodiversité, des moyens de subsistance et de croissance économique."

Selon le site des créateurs du projet, la "planification participative par Minecraft" renforcerait la cohésion sociale, faciliterait le sondage des besoins du quartier et donnerait une voix à ceux qui n’en ont jamais.

Les chantiers mettent à contribution de nouvelles générations et répondent de manière très pragmatique à des problématiques du quotidien. Ce ne sont pas juste des murs qui sont construits, mais aussi et surtout des espaces d’échange.

Pour les habitants, cette incursion dans un projet de quartier a le mérite de les faire se sentir utiles. Des occasions bien trop rares puisque les projets de réaménagement concernent rarement les riverains.

Depuis Gaza, d’autres projets ont été lancés partout dans le monde (au Népal, au Liban et en Guinée…) et des initiatives sont en cours au Mozambique, en Afrique du Sud, en Éthiopie, au Vietnam, au Bangladesh et au Kirghizistan.


Des anecdotes, des idées d’article ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :