Si vous ne l'alimentez pas, ce site Web s'autodétr

Le site qu'il nous fallait en ces temps moroses.

En haut de la page, un compte à rebours, initialement programmé à 87 000 secondes. Quelques-unes s’égrènent et, d’un coup, le compteur revient au point de départ. Ouf ! Cela signifie qu’une âme égarée vient de lui redonner des points de vie en laissant un message dessus. Car si personne ne poste rien, au bout de 24 heures, le site disparaîtra, purement et simplement.

Tel est le concept simplissime et percutant (donc génial) du site thiswebsitewillselfdestruct.com, repéré par Motherboard. N’importe qui, un tant soit peu inspiré, peut y déposer quelques lignes (ou plus, si vous en avez gros sur le cœur) et lire, au hasard, des messages déposés par les prédécesseurs. On y trouve de tout.

Publicité

Des remarques gênantes :

Cher site Web, j’aimerais que le porno incestueux attire davantage le grand public.

Publicité

De la propagande gauchiste :

Cher capitalisme. Merci d’avoir éradiqué le féodalisme, mais il faut passer à autre chose. On a besoin du communisme.

Publicité

Des témoignages "découragés-mais-on-y-croit" :

Cher site Web, aujourd’hui, j’ai abandonné un rêve, celui de terminer ma thèse. Je me sens perdu maintenant. J’espère que cela changera rapidement, et j’espère que je pourrai trouver un nouvel objectif qui, j’espère, sera plus réaliste.

Publicité

L’expression d’un chagrin amoureux :

Cher site Web, j’aimerais vraiment qu’elle revienne. Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé et ne pas savoir me donne envie de me tuer. S’il te plaît, ne pars pas. Parle-en à quelqu’un si tu ressens les choses différemment…

Tiens, à propos de ces messages teintés de tristesse : l’auteure du site, FemmeAndroid, explique qu’elle a dû créer un petit bouton "Feeling Down" (déprimé·e ?) après avoir vu défiler de nombreux messages de ce genre. Si l’on clique, un message de sensibilisation apparaît, renvoyant vers des sites institutionnels comme le Mental Health Europe.

Thiswebsitewillselfdestruct.com a été créé récemment, à l’occasion d’une game jam. Rien que le week-end dernier, le site a reçu 15 000 messages. Tous disparaîtront pour de bon si le site Web expire.

En attendant cette fin non programmée, ceux qui sont séduits par l’initiative pourront faire un don à l’auteure sur Ko-Fi ou Patreon. Car sur le plus long terme, FemmeAndroid planche sur deux projets : une plateforme en ligne de jeux de société et une BD de science-fiction mettant en scène une femme trans.

Par Pierre Schneidermann, publié le 22/04/2020