AccueilSociété

SpaceX a lancé sa fusée Starship, elle s’est crashée, mais c’est pas grave

Publié le

par Pierre Bazin

Tout est calculé.

Elon Musk n’est pas à quelques engins spatiaux à plusieurs millions de dollars près. Le patron de Tesla et SpaceX ne s’arrêtera pas avant que le "vol spatial soit aussi banal que de prendre un avion". Ses objectifs obsessionnels restent inchangés : d’abord la Lune, ensuite Mars.

Hier, l’entreprise SpaceX a fait décoller sa nouvelle génération de fusée Starship, consacrée aux voyages lunaires et éventuellement martiens – si le premier voyage se passe bien. Le test était sans équipage et a duré environ 4 minutes. L’engin est monté à environ 12 000 km (soit la hauteur d’un avion de ligne commercial) avant de retomber vers le sol en effectuant une manœuvre de retournement.

La fusée a effectivement réussi à se remettre en position d’atterrissage mais sa vitesse n’a pas été assez ralentie pour l’empêcher d’exploser une fois le sol atteint. Pour Musk et son équipe, ce test reste tout de même un franc succès : la fusée a réussi sa manœuvre aérienne et ils ont pu collecter toutes les données dont ils avaient besoin pour les futures explorations.

Starship, bijou de technologie, n’est même pas vraiment un vaisseau à part entière. C’est en réalité un sous-ensemble d’une plus grande fusée baptisée Super Heavy ou encore Big Falcon Rocket (BFR). Une fois assemblée pour culminer à 122 m de haut, elle pourrait devenir la plus grande fusée jamais lancée en mission.

Les moteurs Raptor dont elle est équipée fonctionnent à une pression extrêmement élevée, ce qui expliquerait en partie leur instabilité. En 2020, plusieurs de ces prototypes ont été victimes d’incendie lors de tests statiques au sol. De son côté, Elon Musk estimait, sur Twitter, la probabilité de retour indemne à "une chance sur trois". Ce crash à l’atterrissage reste donc un "succès" pour l’entrepreneur mégalo.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :