StopCovid a été téléchargé 600 000 fois selon Cédric O, et les commentaires sont collector

Reste à savoir si l'application sera activée à chaque déplacement par les utilisateurs.

L’application de traçage numérique StopCovid, disponible depuis l’après-midi du mardi 2 mai sur Google Play (Android) et l’App Store (iOS), a été téléchargée 600 000 fois en moins de vingt-quatre heures, a affirmé le secrétaire d’État chargé du numérique Cédric O ce mercredi matin.

Pour rappel, l’application a pour objectif de retracer le cheminement de l’épidémie de Covid-19 au sein de la population française via le Bluetooth des smartphones des utilisateurs. Ils seront prévenus s’ils ont été en contact (à moins d’un mètre et pendant une durée de plus de 15 minutes) d’un autre utilisateur ayant été contaminé et l’ayant confirmé dans l’appli.

Publicité

Cédric O a indiqué, dans l’émission Les Quatre Vérités sur France 2, que le gouvernement n’avait pas d’objectif quantitatif sur StopCovid, espérant tout de même "que plusieurs millions de Français" allaient se procurer l’application. "Depuis le début, on parie sur la responsabilité des Français. On a fait un choix fort qui était de dire qu’elle serait uniquement d’installation volontaire", a-t-il souligné. Le téléchargement de StopCovid est strictement volontaire.

Une société spécialisée, AppAnnie, indique que StopCovid est en tête des téléchargements en France, ce mercredi matin, aussi bien dans le magasin Android que iOS, nous apprend par ailleurs l’AFP.

Un premier bilan à J+1 ?

Le développement de StopCovid a fait l’objet de nombreuses critiques, notamment sur la protection de la vie privée des utilisateurs, mais aussi sur les choix effectués par le gouvernement pour développer l’application ou les problèmes de fracture numérique qu’elle pose. Ou encore sur l’efficience même des applis de contact tracing, qui ont été un échec, comme à Singapour par exemple.

Publicité

Désormais, la question essentielle sera de savoir quel pourcentage des utilisateurs ayant téléchargé StopCovid l’utilisent quotidiennement lors de leurs déplacements – et si l’application fonctionne correctement.

Un premier bilan peut-il être dressé, à J+1 ? Oui et non. Certains utilisateurs font état sur les réseaux sociaux d’une impossibilité d’activer StopCovid en raison de l’ancienneté de leur smartphone, qui n’autorise pas l’accès au module Bluetooth "Low energy". Le gouvernement avait de son côté affirmé avoir testé l’appli sur "les 100 smartphones les plus utilisés" en France.

Un problème, alors que le nombre de Français à télécharger l’application est la composante essentielle de sa réussite. Certains utilisateurs ont par ailleurs fait état d’une "erreur non répertoriée" à l’activation de l’application sur le Play Store.

Publicité

Du côté de YesWeHack, la plateforme de bug bounty qui propose de fouiller dans l’application pour dégoter ses principales vulnérabilités, on décompte pour le moment 18 rapports de problèmes transmis.

Publicité

(© Capture d’écran YesWeHack)

YesWeHack n’a pas encore communiqué la gravité de ces failles. Nous attendons également les premiers retours de l’Inria, chargée du développement de l’application.

Des commentaires coronarigolos

Si l’on se tourne vers les magasins d’application iOS et Android, outre les quelques problématiques citées plus haut, on décompte surtout un bon paquet de commentaires désopilants. Petit florilège, histoire de finir en beauté :

Par Benjamin Bruel, publié le 03/06/2020