AccueilSociété

Sur Google, les enfants peuvent enfin supprimer leurs photos

Publié le

par Pierre Bazin

Une fonctionnalité mise en place pour éviter que des mineurs se retrouvent sur tout Internet.

En août dernier, Google annonçait des nouvelles fonctionnalités à venir, notamment au regard de la protection des personnes de moins de 18 ans sur le moteur de recherche. Outre la mise en place de restrictions des publicités ciblées pour les enfants, le géant du Web a annoncé la possibilité de faire disparaître une photo de mineur des résultats de recherche sur Google Images.

Dans les faits, cela signifie qu’un mineur de moins de 18 ans (ou son responsable légal) peut demander la désindexation d’une image le représentant afin qu’elle n’apparaisse plus sur Google. Cela ne supprime évidemment pas la photo en soi, qui reste sur le site d’origine, mais celle-ci devient plus difficilement trouvable sans l’aide du premier moteur de recherche au monde.

Pour utiliser cette nouvelle fonctionnalité, il faut bien se rendre sur la page d’aide consacrée et donner l’URL Google Images de la photo en question. Il faudra également que le mineur ou son responsable légal en question donne des informations quant aux termes de recherche qui pourraient faire apparaître l’image : nom, prénom, âge, etc.

À noter cependant que la fonctionnalité ne s’applique qu’aux photos de mineurs au moment de la demande (et non de la photo), donc passé 18 ans, il n’est plus possible de désindexer des images vous représentant quelques années auparavant. Une limite qui réduit grandement l’impact mais qui permettrait des vérifications plus simples pour les "vrais" mineurs.

"Des exceptions" déjà invoquées

Google a annoncé qu’il supprimerait toutes les images de mineurs si la demande est faite, "à l’exception des cas d’intérêt public impérieux ou d’intérêt médiatique". Malheureusement, sans plus de précisions, il est difficile de savoir ce que ces "exceptions" sous-entendent. D’autant plus que, selon les différentes juridictions, Google n’a pas toujours su faire preuve du plus grand fair-play en la matière. À plusieurs reprises, par exemple, on a vu l’Union européenne forcer Google à supprimer des informations sensibles au nom du "droit à l’oubli".

Rappelons qu’au-delà de cette nouvelle fonctionnalité, Google proposait déjà d’autres canaux pour demander la suppression d’informations spécifiques. Ce sont pour la plupart des contenus préjudiciables pour la personne, comme des images explicites non consensuelles (revenge porn), des informations personnelles, médicales et financières (pouvant entraîner des actes de doxxing) ou encore des contenus utilisés pour cyberharceler une personne.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :