AccueilSociété

Suspecté d’un viol il y a 14 ans, il est retrouvé après avoir envoyé son ADN à un site

Publié le

par Pierre Bazin

(Photo by Christopher Furlong/Getty Images)

Il avait autorisé le site à partager ses informations avec les forces de l’ordre.

C’est une histoire judiciaire bien sordide qui s’est produite à Tampa en Floride (États-Unis). Comme nous le rapporte Fox 13, la police locale a arrêté un suspect dans une affaire de viol datant de 2007. La victime, étudiante à l’université de Tampa, rentrait d’un festival en direction de son dortoir quand un homme aurait proposé de la raccompagner avant de commettre son crime.

À l’époque, des preuves ADN avaient été recueillies mais aucune correspondance n’avait été trouvée dans les fichiers de la police. L’affaire resta non résolue pendant plus de quatorze ans. C’est en 2020 que des détectives décident de réexaminer l’affaire et tentent une nouvelle approche pour trouver des correspondances ADN.

Les enquêteurs ont comparé les preuves ADN de l’époque à celles inscrites sur des sites comme GEDmatch et FamilyTree. Ces deux services sont principalement utilisés par les particuliers qui souhaitent rechercher de potentielles ascendances ou descendances en comparant leur propre ADN à une grande base de données.

Le suspect, désormais âgé de 44 ans, a été arrêté en Virginie-Occidentale. La correspondance a pu être trouvée car il avait autorisé (peut-être involontairement) les autorités à accéder à son ADN lors de l’inscription sur le service en question. À noter que la Floride a également été le premier État américain à créer sa propre unité de généalogie médico-légale en 2018, suivi de près par l’Utah et la Californie. Ces unités spéciales sont notamment très utilisées dans le cas des affaires non résolues.

Du côté de la police de Floride, l’agent spécial Mark Brutnell a exhorté les gens à autoriser l’accès à leurs données généalogiques car ce serait de ces accords que "leur succès" pour résoudre de vieilles affaires dépendrait.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :