AccueilSociété

Tragédie : en Chine, des vélos en libre-partage crient à l'aide

Publié le

par Pierre Schneidermann

(c) Daniel LEAL-OLIVAS / AFP – Montage Konbini

Certains habitants ne peuvent plus dormir.

Il y a un an, des trottinettes Lime proféraient des insultes. L’explication ? Elles avaient été piratées. L’affaire d’aujourd’hui y ressemble mais paraît autrement plus grave : en Chine, certains vélos en libre-partage appellent à l’aide et on ne sait pas pourquoi. Un grand merci au média chinois Abacus qui nous rapporte cette dramatique histoire.

Pour l’instant, on sait seulement que les pleureurs à deux roues ont été entendus à proximité d’un chantier abandonné, dans la ville de Changsha, la capitale de la province de Hunan. Une voix féminine, surgie du fin fond des circuits via ses haut-parleurs, prononce ces mots : "Petit vélo jaune au sol. Venez vite me sauver !" Il semblerait que les gémissements émanent de vélos de la marque Ofo (un temps déployés en France puis rapatriés fissa) puisque ce sont les seuls à être jaunes. La vidéo de ce triste spectacle, immortalisé par Tencent New, a ensuite buzzé sur le Twitter chinois, Weibo.

D’après certains témoignages, les vélos hurlent nuit et jour et troublent le sommeil de certains habitants. Pire : certains ont d’abord cru que les cris venaient d’être humains, ce qui, on l’imagine bien, peut flanquer une certaine frousse. D’autres ont même atteint le point Godwin de la dystopie : on se serait cru dans un épisode de Black Mirror.

Pour mémoire, Ofo et ses petits concurrents ont connu une véritable débâcle à travers le monde. En Chine, des cimetières impressionnants jonchés de cadavres en aluminium sont sortis de terre. Le message des vélos Ofo rappelle donc, à qui veut bien l’entendre, que tous les vélos ne sont pas morts. Sollicitée par la presse, Ofo n’a pas encore fourni d’explications.


La simple évocation des vélos en libre-service fait rejaillir des souvenirs douloureux ? Nous sommes là pour vous écouter : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :