Twitter diffuse des pubs chinoises critiquant les manifestants hongkongais

Les annonces Twitter sont maintenant des armes politiques.

Encore une fois, Twitter se retrouve au cœur d’une bataille politique – mais cette fois-ci, l’entreprise semble avoir choisi son camp. L'affaire a été découverte par Pinboard et d’autres utilisateurs du réseau social : Twitter diffuse des pubs de l'agence de presse étatique Xinhua, fermement opposée aux manifestations qui secouent Hong Kong. Les contenus sponsorisés décrivent les troubles actuels comme "une escalade de la violence" et appellent à un "retour à l’ordre".

D’autres publicités mettent en avant des défenseurs de la "mère patrie" chinoise ou rappellent les problèmes économiques qu’a rencontrés Hong Kong plus tôt cette année. Tout cela a pour but de légitimer l'action la disparition du statut particulier de l'ancienne colonie britannique.

Publicité

Publicité

Cela fait déjà quelque temps que le gouvernement chinois réprime les citoyens qui expriment leur mécontentement sur Twitter. Le réseau social est d’ailleurs toujours interdit d’utilisation dans le pays. Le gouvernement est déterminé à contrôler les conversations politiques sur les réseaux sociaux, le nombre de Chinois pouvant effectivement y prendre part n’ayant que peu d’importance.

Cela met tout de même Twitter dans une position inconfortable. Bien que le réseau social ne soit pas étranger aux tentatives de manipulation politique, celles-ci avaient lieu à un degré qui pourrait être vu comme plus discret. Ici, Pékin utilise ces annonces comme une arme de propagande pour faire taire les protestations.

En décidant de continuer à diffuser ces contenus, Twitter risque d’aliéner Hong Kong et les défenseurs de la liberté de parole – un comble pour un réseau qui s’est créé sur cette idée. D’un autre côté, bloquer les publicités d’un État aussi important la Chine pourrait avoir de lourdes conséquences pour la plateforme.

Publicité

Publicité

Depuis que ces lignes ont été écrites, la réaction unanime des médias a poussé Twitter à revoir sa politique. L'entreprise a ainsi annoncé avoir supprimé 936 comptes qui avaient été créés pour "semer la discorde politique à Hong Kong". 

En plus de ces suppressions, le réseau social a gelé 200 000 comptes qui auraient été créés pour amplifier la propagande chinoise. Ceux-ci agissaient de façon coordonnée, en réagissant à des news de la même manière et au même moment. 

"À compter d'aujourd'hui, nous n'accepterons plus de la publicité venant de médias gouvernementaux. Tous les comptes affectés seront libres de continuer à utiliser Twitter pour interagir avec les autres utilisateurs, juste pas nos contenus publicitaires."

Article mis à jour le 20 août 2019 à 18h.

Par Bertrand Steiner, publié le 19/08/2019

Copié

Pour vous :