AccueilSociété

Un milliardaire indien avoue avoir triché par ordinateur pour battre un champion d’échecs

Publié le

par Konbini Techno

© Cavan Images

Bon… c’était pour la charité, alors ça va, non ?

Un milliardaire indien a admis avoir bénéficié de l’aide d’ordinateurs pour parvenir à battre aux échecs Viswanathan Anand, cinq fois champion du monde dans cette discipline, à l’occasion d’un tournoi de charité en ligne dimanche.

Nikhil Kamath, fondateur et directeur général d’une société de courtage en ligne, a eu recours à des ordinateurs mais aussi à des experts et a battu le champion du monde dans un tournoi d’échecs en ligne organisé au profit de Covid-relief, un fonds contre le coronavirus.

Lundi, il a avoué avoir "bénéficié de l’aide de personnes qui analysent le jeu, d’ordinateurs et de l’amabilité de M. Anand en personne pour aborder le jeu comme une expérience d’apprentissage".

"Il est ridicule que tant de gens puissent penser que j’ai vraiment battu M. Vishy [Viswanathan] aux échecs, c’est presque comme si je me réveillais et que je battais Usain Bolt au 100 mètres", a tweeté M. Kamath. "Rétrospectivement, c’était assez stupide, car je n’ai pas réalisé toute la confusion que cela pouvait générer. Mes excuses."

De son côté, le grand maître de 51 ans a minimisé l’agissement de M. Kamath. "[…] Il s’agissait de récolter de l’argent. Cela a été une expérience amusante, l’éthique du jeu a été respectée", a-t-il tweeté. "J’ai simplement joué la position [sur l']échiquier et j’attendais la même chose de tout le monde."

En revanche, le secrétaire général de la Fédération indienne des échecs (AICF), Bharat Chauhan, n’a pas apprécié l’incident, qualifié de "très regrettable", précisant qu’il était attendu des joueurs qu’ils "respectent les protocoles", selon la presse locale. M. Kamath "participait par charité, il n’aurait pas dû agir ainsi. C’est vraiment fâcheux", a-t-il ajouté.

Le maître des échecs indien a remporté son premier titre mondial en 2000, à l’âge de 30 ans, et s’est mesuré aux plus grands champions du monde, comme les russes Garry Kasparov, Vladimir Kramnik et l’Israélien d’origine soviétique Boris Guelfand.

Konbini techno avec AFP

À voir aussi sur techno :