AccueilSociété

Un groupe d'artistes anarchistes a découpé un Pac-Man au milieu d'un champ

Publié le

par Pierre Bazin

Tellement surcotés les cercles de culture.

C’est une information pour le moins insolite que nous rapporte la police tchèque dans un récent rapport. Un agriculteur cultivant du colza non loin de la ville de Roudnice nad Labem (à 50 km au nord de Prague) a appelé les autorités locales en découvrant que son champ avait été saccagé par un étrange vandale. Pas moins de 7 hectares de colza auraient ainsi été minutieusement fauchés la semaine dernière. Les enquêteurs cherchent encore à savoir quand l’acte a pu avoir lieu.

Cet acte de vandalisme, qui paraît anodin à première vue, prend une tout autre tournure lorsque l’on regarde les photographies publiées par la police tchèque. En effet, ce n’est pas une destruction chaotique de colza qui a été orchestrée ni même un de ces fameux "cercles de culture" mais… un Pac-Man géant.

<em>Source : police tchèque.</em>

Le personnage de jeu vidéo né en 1980 sur borne d’arcade n’a pas fini de faire parler de lui puisque après les petites pilules et les fantômes, c’est au colza de République tchèque que le petit bonhomme rond et jaune semble vouloir s’attaquer.

L’histoire pourrait prêter à sourire si les autorités locales ne précisaient pas que les pertes causées par cet acte, certes artistique, sont estimées à 350 000 couronnes tchèques, soit presque 14 000 euros.

Mise à jour au 26/05/2021 :

Les responsables ont dévoilé publiquement la raison de leur acte. Il s'agit du collectif d'artistes Ztohoven qui a revendiqué l'acte sur leurs réseaux sociaux, postant une photo du Pac-Man vu du ciel ainsi qu'une photo de groupe des "faucheurs" qui ont découpé soigneusement le colza à l'aide de taille-haies.

Source : Facebook de Ztohoven

Il s'agit avant tout pour eux de faire passer un message politique, explique-t-il sur leur page Facebook :

"Pac-Man a mangé des subventions mais il a également réussi à parfaitement manger  des concepts tels que le capitalisme ou le socialisme, qui sont dorénavant librement confondus. Nous sommes entrés dans une phase de lobotomie sociale, lorsque hémisphères droit et gauche promeuvent irrémédiablement leurs propres intérêts sans chercher un langage commun en dehors de la vision manichéenne du monde droite-gauche »

Cette coupe a été réalisée par le Pac-Man en chacun de nous, celui que nous avons laissé pleinement s'implanter et pour qui nous n'avons pas pu poser de réelles barrières fonctionnelles. Les "4 fantômes" qui doivent arrêter Pac-Man ont échoué. Si un joueur, guidé par une motivation suffisante pour tout manger choisit une stratégie appropriée, il passe aux niveaux suivants du jeu, même si nous pensions que le précédent devait être le dernier. Il n'en aura jamais assez.

Pac-Man dévore les composants uniques de l'écosystème et du paysage, laissant derrière lui un désert toxique monoculturel. Pac-Man détruit la culture, les libertés individuelles, la diversité commerciale et la capacité à faire face aux situations de crise sans l'intervention d'un planificateur central. Pac-Man a parfaitement piraté le système démocratique et en abuse constamment. Pac-Man a fondé son activité sur des impôts qui dévorent tout le monde sur son terrain de jeu. Pac-Man jette aux ordures la pensée critique et la science sérieuse. Pac-Man ne peut pas traiter avec des individus qui refusent de partager le terrain de jeu avec lui. Quittez le jeu.

Derrière cette grande tirade anarco-libertarienne, on évoque ainsi des sujets comme le monopole de certains géants économiques ou encore la progression significative de cultures pour répondre à des intérêts commerciaux plutôt que agro-alimentaires.

Source : Facebook de Ztohoven

Le champ en question appartient à la grande société holding tchèque Agrofert. Rassemblant plus de 230 entreprises en son sein, elle est, entres autres, en charge de nombreuses exploitations agricoles à travers l'Europe. Karel Hanzelka, porte-parole du groupe, s'est exprimée à la presse locale :

 "Je ne veux pas commenter leurs motivations, mais il est étonnant de voir jusqu'où certaines personnes sont capables d'aller. Ils ont commis, sans équivoque, un crime dans lequel des biens ont été endommagés pour des dommages estimés à plusieurs centaines de milliers de couronnes. Nous condamnons une telle conduite. Il appartient à la police d'enquêter sur l'affaire [...] Il n'est pas vrai que tout le colza de République tchèque appartient à Agrofert et qu'il occuperait toutes les terres agricoles. Les agriculteurs tchèques cultivent du colza sur environ 16% des terres arables. De tous les colza cultivés dans le pays, seuls 5% sont produits par des entreprises agricoles d'Agrofert. Si nous tirons des subventions agricoles pour les terres cultivées au même titre que tous les autres agriculteurs de République tchèque.


Pour nous écrire : hellokonbini@konbini.com

À voir aussi sur techno :