AccueilSociété

Un Néerlandais se bat comme un fou pour que Lego adopte les pistes cyclables

Publié le

par Konbini Techno

© Lego ideas/Marcel Steeman

Démarche 100 % Anne Hidalgo compatible.

Comment se baladent les bonshommes Lego dans leur environnement urbain ? Tous les fans le savent : en voiture, principalement. Un état de fait que déplore un Néerlandais, Marcel Steeman, fan d’écologie et de vélo, qui a commencé à secouer les cocotiers dès 2019, nous raconte The Verge.

Pour mener son combat, Steeman, élu dans une province du nord du pays dans la vie civile, a décidé d’utiliser un cheval de Troie sur son temps libre : la plateforme Lego Ideas, qui permet à qui le souhaite de proposer des idées de modèles et de collections. Or, comme nous vous l’expliquions dans une vidéo récente – "Devenir riche grâce aux Lego ? C’est possible !" –, voir se concrétiser une proposition a très peu de chances d’aboutir. En 13 ans, seules 33 candidatures ont été retenues.

Sans grande surprise donc, l’idée de Steeman, bien que soumise sur la plateforme à plusieurs reprises, n’est pas retenue. Lego ne fait rien pour barrer la route aux pots d’échappement. Galvanisés par la tentative de Steeman, d’autres fans contactent l’entreprise qui ne répond pas à leurs sollicitations.

Un premier plot twist se produit l’année dernière, avant le début de la pandémie. Lego sort des nouveaux modèles de routes et commerces (respectivement, les sets #60304 et #60306). Y apparaît une piste cyclable… mais il y a comme un problème. Regardez bien la photo ci-dessous : vous la voyez, cette piste ? Non ? Normal. C’est le truc bleu minuscule, sur lequel pourrait à peine circuler un hérisson.

(© Lego) Ne vous abîmez pas les yeux, hein.

Pour Steeman, qui voit la coupe à moitié pleine, il s’agit néanmoins d’une "petite victoire". En fait, il voit aussi la coupe à moitié vide : ce n’est pas assez. Il s’entête. En exploitant les nouveaux sets, il en designe un qu’il soumet à Lego Ideas. Les pistes cyclables sont bien évidemment agrandies. Débordant d’enthousiasme, l’élu régional propose aussi des parkings à vélos et des deux-roues équipés d’un siège pour enfant.

Second plot twist : Lego accepte l’idée en moins de 24 heures. Il ne s’agit que de la première étape. L’entreprise lui laisse ensuite 60 jours pour réunir 100 soutiens de la communauté. Il les obtient en 4 heures. Désormais, pour que son rêve se concrétise, il lui faudra en obtenir 10 000 en un an. D’ailleurs, si ça marche, il y aura un gros bonus : comme pour les 33 autres projets acceptés, il touchera 1 % des ventes. De quoi s’acheter un beau vélo tout neuf.

Pourquoi tant d’acharnement ? Steeman, à l’instar de presque tout le monde, est convaincu que jouets et jeux façonnent en partie ce que seront les enfants de demain. Aussi déclare-t-il auprès de The Verge :

"Au fond, j’aimerais qu’une génération, à travers le monde entier, grandisse dans une ville durable, saine, où tout ne tourne pas autour de la voiture. Pour entamer cette révolution, il n’y a pas plus grande ville au monde que Lego City."


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :