AccueilSociété

Un youtubeur gagne 10 000 dollars en relevant le pari "impossible" lancé par un physicien

Publié le

par Pierre Bazin

Le scientifique était persuadé que le véhicule éolien du vidéaste ne pouvait pas dépasser la vitesse du vent.

Derek Muller est un youtubeur américain spécialisé en "sciences", à l’instar de nos Nozman et Dirty Biology nationaux. Sur sa chaîne Veritasium qui cumule presque dix millions d’abonnés, Derek s’attaque à des sujets de controverse scientifique, expérimente et défait mythes et idées reçues. 

En mai dernier, il publie une vidéo consacrée à un véhicule nommé Blackbird qui avance en étant propulsé de dos par le vent. Ce char à voiles expérimental a été conçu par Rick Cavallero, un ancien ingénieur en aérospatial. Le youtubeur comme l’ingénieur affirmaient ainsi que ce Blackbird pouvait avancer plus vite que le vent en étant simplement propulsé par celui-ci. Ce qui est, selon la physique, impossible.

Sur un bateau à voile, aller plus vite que le vent est tout à fait possible, notamment en faisant tourner le navire d’un certain angle face au vent via une manœuvre en zig-zags, le fameux "virement de bord". Mais battre la brise sur la terre ferme est bien moins évident.

Interrogé par Insider, Derek Muller explique que lui-même n’y croyait pas, considérant la chose comme totalement "contre-intuitive". Et d’ailleurs, même une fois l’exploit passé, il avoue ne pas tout à fait comprendre le fonctionnement de Blackbird.

Un débat houleux 

Le débat est tellement vif, qu’une semaine après la publication de la première vidéo, un professeur de physique de l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA) du nom de Alexander Kusenko a envoyé un email au youtubeur pour "l’informer" que la vidéo était fausse. Selon le physicien théoricien, un tel véhicule enfreindrait même les lois de la physique elles-mêmes.

Muller était confiant et a décidé de mettre au défi Kusenko en pariant 10 000 dollars sur la question. Il ne se doutait pas que le scientifique accepterait. Et pourtant si, Alexander Kusenko a accepté, il déclarait même à Vice il y a quelques jours que "grâce aux lois de la physique, [il] ne risquait rien". Il a même échangé plus d’une heure avec le youtubeur pour lui expliquer en quoi les lois de la physique n’autoriseraient pas qu’un véhicule terrestre puisse battre le vent lui-même.

Au cours d’échanges houleux, le vidéaste et le physicien se sont échangé de nombreux arguments et contre-arguments. Histoire de rendre la chose historique, les deux ont fait appel à des "arbitres" extérieurs en la personne des célèbres vulgarisateurs scientifiques Bill Nye et Neil deGrasse Tyson.

Le verdict

Il y a un mois, Muller a gagné son pari. Il a envoyé toutes les données du test, filmé au lac El Mirage en Arizona. Dans ce trajet de plus de deux minutes, Blackbird a réussi à atteindre la vitesse de presque 44 km/h alors que la vitesse du vent était estimée à un peu plus de 16 km/h.

Histoire d’avancer encore davantage de preuves, Muller a même demandé à sa consœur Xyla Foxlin de construire un modèle miniature similaire à Blackbird. Testée sur un tapis roulant, la réplique a prouvé qu’un véhicule terrestre éolien pouvait battre le vent.

Comment cet exploit est-il possible ?

Rick Cavallero, l’ingénieur derrière Blackbird a été parrainé il y a onze ans de cela par Google et Joby Energy. L’équipe avait d’ailleurs, par le passé, déjà démontré que le véhicule terrestre éolien était capable de voyager 2,8 plus vite que la vitesse du vent.

Quel est le secret de Blackbird ? Les roues du char sont reliées à des pales d’une éolienne installée au-dessus et à l’arrière du véhicule qui alimentent sa vitesse. Lorsque le véhicule accélère, les roues font aussi accélérer l’hélice, ceci démultipliant la force.

Plutôt qu’une éolienne, il faut plutôt considérer ces pales comme une sorte de ventilateur qui propulse plus d’air à l’arrière du véhicule lui donnant la vitesse nécessaire pour battre le vent. 

Cavallero a été même très surpris par le scepticisme de Kusenko. Toutefois le physicien a plus ou moins reconnu sa défaite et aurait "craché les 10 000 euros" selon Derek Muller. Kusenko a reconnu que Blackbird pouvait aller légèrement plus vite que le vent, maintenant tout de même que ce n’était que pour de courtes périodes grâce à des rafales intermittentes.

Pour la blague (ou pas), l’ingénieur de Blackbird a proposé un nouveau pari de 10 000 dollars à Kusenko, estimant que ses explications étaient loin d’être correctes, tout en sachant qu’il n’en aurait sûrement "aucune autre nouvelle".


Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :