AccueilSociété

YouTube : le compteur de "dislikes" va peut-être disparaître

Publié le

par Ana Corderot

© Youtube via Twitter

Et non, ce n’est pas un poisson d’avril.

Le 30 mars dernier, YouTube annonçait sur Twitter qu’il allait expérimenter plusieurs designs d’interface qui n’incluraient plus les compteurs de dislikes. Selon ce communiqué, la plateforme devrait, dans les semaines à venir, effectuer ces tests sur un nombre d’utilisateurs limité.

Dans ces interfaces tests, il sera toujours possible pour l’internaute d’indiquer sa probation ou sa désapprobation quant à la qualité d’un contenu vidéo. Toutefois, il ne verra plus la jauge de personnes qui, comme lui, ne l’auront pas aimé.

"En réponse aux commentaires des créateurs sur le bien-être et aux campagnes ciblées de 'dislikes', nous testons quelques nouveaux designs qui ne montrent pas publiquement le nombre de personnes qui n’ont pas aimé la vidéo. Si vous faites partie de cette petite expérimentation, vous verrez peut-être ce design dans les semaines à venir (exemple ci-dessous !)."

Si, pour l’instant, la plateforme n’a pas indiqué la durée de ces expérimentations, elle a néanmoins déclaré ses motivations. De fait, c’est en réponse à une demande grandissante des créateurs de contenus que YouTube a mis en œuvre ces interfaces tests. Compte tenu des messages de haine qui peuvent circuler sur ces plateformes, il était nécessaire d’arriver à préserver le "bien-être" de ses utilisateurs.

"Les commentaires des internautes constituent un élément important de YouTube, mais des créateurs nous ont dit que l’expérience actuelle pouvait avoir un impact négatif sur leur bien-être. Nous savons également que le nombre de désapprobations du public motive parfois des campagnes ciblées de désapprobation sur certaines vidéos."

Dans un autre tweet, YouTube a précisé que les créateurs pourraient toujours voir leurs compteurs de dislikes dans leur espace personnel, le YouTube Studio.

Pour autant, YouTube a clairement précisé qu’il ne compterait pas supprimer définitivement le bouton dislike. Et on peut le comprendre, car exprimer le fait d’aimer ou de ne pas aimer une vidéo relèvera toujours de la subjectivité de chacun et surtout de la liberté d’expression. 


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :