AccueilTests et tutos

Ça y est, vous allez enfin pouvoir pécho (ou pas) sur Facebook

Publié le

par Konbini Techno

© MixMedia / Getty

Vous pouvez créer votre profil en deux minutes.

Pile-poil au moment où, pandémie oblige, pécho n’a jamais été aussi difficile (voire impossible), Facebook lance en Europe son service de dating. Jusqu’à présent, la fonctionnalité était limitée à 20 pays du continent américain.

Dans son communiqué de presse, Facebook déclare que, jusque-là, 1,5 milliard de matches ont déjà eu lieu. Et rappelle quelques fonctionnalités phares du service : la possibilité de faire des stories spécial dating, d’organiser des dates Covid-friendly en visio ou encore d’aller traîner dans des groupes de dating.

Il y a aussi cette fonctionnalité absolument magique : le Secret Crush, qui permet d’envoyer un crush à un·e ami·e Facebook sans qu’il ou elle n’en sache rien. La personne ne l’apprendra que si elle vous envoie un Secret Crush en retour.

Pour utiliser le service de dating, il faut mettre à jour son appli et aller dans l’onglet "Rencontres". C’est simple comme bonjour, et ça prend deux minutes. Par curiosité journalistique pure, on s’est inscrit. Le processus ressemble à celui d’une appli très classique, sans aucune originalité : infos biographiques et physiques de base, type de relation et de partenaire recherché·e·s, photo(s) de profil. À noter que la géolocalisation est obligatoire.

Comme le dating est quelque chose de très intime et qu’on ne veut absolument pas que tout le monde soit au courant, Facebook promet un cloisonnement béton entre le profil public et le profil dating. Ainsi vos oncles, cousins et collègues ne sauront rien de vos tribulations amoureuses.

Sauf erreur de notre part, on notera que Facebook est pour l’instant le seul service de dating entièrement gratuit. Ça, plus la masse critique d’utilisateurs déjà inscrits sur le réseau social, confèrent un avantage considérable à l’entreprise par rapport aux concurrents.

Seul inconvénient : Facebook étant devenu un réseau social semi-boomer, les millennials n’y trouveront pas leur compte et se rabattront sur des applis plus jeunes.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :