Les Konbini Techno Awards des 5 ratés du monde de la tech de la décennie

Un article avec des gros morceaux des échecs de Facebook dedans.

Les success stories, c’est généralement chouette. Mais les histoires d’échecs cuisants, de temps à autre, c’est pas mal non plus pour calmer notre petit côté un brin mesquin.

En termes de technologies, on peut dire que la décennie a été marquée par un paquet d’innovations qui révolutionnent nos vies et nos usages. Des avancées des systèmes d’intelligence artificielle à la blockchain en passant par le New Space, le cloud, les data centers et les voitures autonomes, on peut dire que le monde a bien évolué en dix ans.

Publicité

Il y a aussi eu des flops. Beaucoup, même. Voici une petite liste (subjective) de ces objets, applications et innovations qui devaient changer le monde en bien durant les années 2010. Puis finalement… EPIC FAIL.

Dans la catégorie "concept loupé" : la réalité virtuelle, ce n’est pas encore ça

Commençons par un choix purement subjectif, histoire de bien mettre les pieds dans le plat (ou le pif dans le casque, au choix) : la réalité virtuelle. La VR n’est pas une invention des années 2010’s, puisque le premier casque fonctionnel, qui n’a jamais été commercialisé, fut développé par Ivan Sutherland en 1967.

Mais le véritable décollage de la VR date de mars 2014, lorsque Facebook rachète la société Oculus pour deux milliards de dollars. Le même mois, Sony annonce son projet de casque de réalité virtuelle pour console de salon, depuis devenu la PlayStation VR.

Publicité

Nombreux ont été ceux qui pensaient que la "promesse VR" allait révolutionner le jeu vidéo. Cela n’a pas été le cas. L’engouement est drastiquement redescendu. Les ventes n’explosent pas et les meilleures expériences en réalité virtuelle se trouvent dans des salles dédiées. Un vrai flop… Pour le moment ?

Dans la catégorie "la déliquescence, c’est maintenant" : Facebook, plus gros raté de la décennie ?

Et c’est là que vous vous dites : "Le type est en train de dérailler, comment Facebook pourrait être un flop ? Et puis c’est pas une invention des 2010’s, blaireau." Une minute, papillon.

Publicité

On ne parle pas de Facebook en tant qu’entreprise propriétaire de nombre d’entités – WhatsApp, Instagram, Facebook AI et autres –, mais bien du réseau social lui-même. Ces dix dernières années, après l’explosion entre 2008 et 2010, Facebook a très mal vieilli. L’application est délaissée par les adolescents occidentaux et a connu, en cette fin d’année 2019, sa première baisse d’utilisateurs en France. Les divers changements d’algorithmes du fil d’actualité n’ont pas réussi à redonner une hype au réseau social en occident.

Par ailleurs, le réseau de Zuckerberg a montré à de multiples reprises (le mot est faible) ses limites et failles, de l’affaire Cambridge Analytica aux tueries diffusées en live.

Certes, Facebook n’est pas une invention de la décennie et, à l’approche de 2020, l’entreprise n’a peut-être jamais été aussi importante. Pourtant, ces dix dernières années, le réseau social a creusé sa propre tombe et semble s’approcher sciemment du gouffre. Qui l’eût cru en 2010 ?

Publicité

Dans la catégorie "c’était vraiment naze" : l’Amazon Fire Phone, le smartphone à brûler

Amazon n’a pas réussi à s’imposer dans le monde des appareils mobiles et c’est probablement le plus gros échec du géant de l’e-commerce. En 2015, l’entreprise a mis un terme à la production de son (mauvais) Fire Phone. L’appareil, qui tournait sur Fire OS, un fork d’Android, a été un tel échec commercial que la firme de Jeff Bezos a licencié une partie de l’équipe de conception.

© Amazon

Dans la catégorie "ça devait nous changer la vie, mais en fait non" : les lunettes connectées

Les Google Glass furent un de ces produits qu’on pensait révolutionnaires, capables de changer nos habitudes et notre vie numérique. Annoncées en 2014 comme le futur produit indispensable, ces lunettes diffusaient des informations en réalité augmentée aux utilisateurs. Elles étaient aussi équipées d’une caméra, d’un écran miniature et d’un microphone. Les Google Glass, vendues au grand public pour 1 500 dollars, n’ont pourtant pas rencontré le succès escompté, loin de là.

En revanche, la firme de Sundar Pichai rencontre un vrai succès avec la deuxième version de ces lunettes. Moins chères, plus performantes, les Google Glass Enterprise Edition 2 rencontrent petit à petit leur public depuis cette année.

En réalité, l’échec de Google Glass v.1 montre qu’une technologie innovante mais mal utilisée peut être pire qu’une mauvaise technologie. Plus globalement, on peut se dire que cette décennie a aussi été celle de l’échec des lunettes connectées ou de réalité augmentée pour le grand public. Aucun produit n’a réussi à propulser ce marché et même Snapchat, avec ses Spectacles, s’est lamentablement planté.

Dans la catégorie "toujours plus intrusif" : Facebook Home, on n’a toujours pas compris le concept

Promis, après, on arrête avec Facebook. En même temps, c’est le dernier paragraphe de cet article. Désolé, hein.

Au lieu de construire son propre smartphone ou son système d’exploitation, Mark Zuckerberg a voulu faire les choses un peu (trop) différemment avec Facebook Home : un logiciel téléchargeable sur Android qui plaçait le réseau social au centre du smartphone. Une sorte de surcouche à Android.

Pas bête. Mais après l’effet de curiosité, les téléchargements se sont écroulés. Entre la crainte des failles de sécurité et la lenteur de l’application, Facebook Home n’a pas fait du réseau social notre nouveau hub sur mobile. Dommage (non).

Par Benjamin Bruel, publié le 09/12/2019

Pour vous :