© Refraction AI / Youtube

Ami·e·s cyclistes, ce robot livreur pourrait s'incruster sur vos pistes cyclables

Ça se passe aux États-Unis, mais la France fait aussi des expérimentations.

Aux États-Unis, la course aux robots livreurs – Amazon et FedEx en tête de peloton – continue. Jusque-là, dans les vidéos de promotion, on les voyait surtout squatter les trottoirs, escargots sur roues qu’ils sont. C’était sans compter sur la start-up américaine Refraction AI, qui s’est dit que, après tout, on pouvait aller plus loin et faire rouler ces engins sur des trottoirs.

Publicité

REV-1, récemment dévoilé, répond en effet aux normes en vigueur (poids, vitesse, distance de freinage) pour rouler sur les pistes cyclables américaines en tant que véhicule électrique. Coûtant 5 000 dollars, il fait partie des robots les plus accessibles du marché. Il est actuellement en expérimentation dans la ville d’Ann Arbour (Michigan), et les tests ont surtout révélé le problème suivant : REV-1 patine quand il neige ou qu’il pleut.

Cette nouvelle disruptive ne fera pas forcément l’unanimité. Si huit États américains autorisent déjà les robots livreurs, la Mecque de la tech, San Francisco, les bannissait d’une bonne partie de sa ville en décembre 2017.

Ne rions pas de nos lointains copains américains. Nous pourrions aussi être concernés. En avril dernier, Franprix testait un robot-livreur dans le XIIe arrondissement de Paris. À l’instar de ses cousins d’outre-Atlantique, il circule sur les trottoirs. On pensait que les trottinettes électriques étaient le pire fléau de l’humanité. Ce n’est plus si sûr.

Publicité

Par Pierre Bazin, publié le 15/07/2019

Copié

Pour vous :