AccueilTurfu

Avez-vous besoin de l’offre Internet par satellite d’Elon Musk ?

Publié le

par Benjamin Bruel

© Getty Images

Avantages et inconvénients de Starlink, la coûteuse offre Internet du milliardaire américain.

Depuis ce mardi 11 février, Starlink a débarqué sur le marché de l’Internet français en version bêta. Hein, Starlink ? C’est quoi ? C’est le réseau Internet satellitaire proposé par Elon Musk, qui compte bien bousculer les habitudes des consommateurs du monde entier avec une offre qui ne nécessite ni 4 ou 5G, ni ADSL, ni fibre optique pour accéder au Web.

Comment ça marche et surtout, est-ce que ça vaut le coup ? Avant de pouvoir essayer l’offre Starlink, on vous explique concrètement ses avantages et inconvénients sur le papier.

Comment ça marche ?

Starlink, c’est tout simplement une nouvelle façon d’apporter Internet aux personnes. On parle de réseau Internet satellitaire parce que Starlink repose sur une constellation de satellites – environ un millier actuellement – positionnés en orbite basse autour de la Terre, à quelques kilomètres au-dessus de nos têtes.

L’objectif d’Elon Musk, qui envoie ses satellites dans l’espace grâce à SpaceX, est de mettre en orbite environ 12 000 satellites avant 2025, et d’apporter ainsi une connexion Internet à l’ensemble de la Terre. Il a reçu l’autorisation de la Commission fédérale des communications (FCC) américaine pour cela.

Qu’est-ce que ça change ?

Vous vous en doutez : pour fonctionner, l’Internet satellitaire n’a pas besoin de câbles, qu’il s’agisse du cuivre ou de la fibre optique. L’Internet satellitaire peut s’affranchir des limitations géographiques et accéder aux zones les plus difficiles d’accès – au fin fond de l’Ariège comme au-dessus des océans.

Ça, c’est dans l’idéal et à terme. Pour le moment, avec ses 1 000 satellites en orbite, Starlink n’apporte pas Internet partout dans le monde. Pour le moment, le rythme d’envoi des satellites est d’une soixantaine par mois.

Combien coûte l’offre Starlink ?

En France, l’offre de Starlink est on ne peut moins concurrentielle. D’abord, un nombre limité de kits de connexion sont en vente – nous y venons – sur le site (en français) de Starlink. Il faut s’inscrire et attendre son tour, les nouveaux clients étant acceptés par ordre d’inscription.

Et il faut être sûr de posséder un compte bancaire bien garni. Ce kit de connexion, contenant parabole, modem et routeur, coûte 499 euros. L’abonnement coûte ensuite 99 euros par mois. Ce à quoi s’ajoutent des frais de dossier et d’expédition de 59 euros. Un premier paiement de 657 euros, donc, est nécessaire. Ça pique.

Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Vous pouvez résumer en deux mots l’intérêt (ou non) de Starlink : votre adresse.

Starlink propose du très haut débit (entre 50 et 150 Mb/s en réception) avec une latence promise, sur le papier, de 30 à 60 ms. Avec la fibre optique, on parle d’un débit minimum (vraiment, minimum) de 100 Mb/s et un débit maximum de 8 Gb/s. Autant vous dire que ça ne vaut, a priori, pas le coup.

En revanche, si vous êtes cantonné jusque-là à l’ADSL, ce n’est pas la même affaire, puisque celle-ci culmine à environ 25 Mb/s. C’est d’autant plus intéressant – une fois de plus, si vous êtes prêt à mettre le prix – si vous vivez dans une zone rurale où vous ne pouvez avoir accès à la fibre.

Vous pouvez consulter la carte de l’accès à la fibre sur le site de l’Arcep. En tapant votre adresse, vous pourrez savoir si vous êtes éligible – on rappelle au passage que si vous l’êtes, vous pouvez demander à votre bailleur ou syndic de la faire installer dans l’immeuble. C’est un droit.

Un petit mot de conclusion, Elon ?

En somme, Starlink n’a a priori aucun intérêt pour vous aujourd’hui si vous êtes fibrés. En revanche, bien qu’à un prix élevé, l’offre propose des vitesses de réception tout à fait correctes aux zones les plus reculées. Dans le futur, c’est principalement dans les pays où l’accès à Internet est difficile que Starlink pourra sans doute trouver son public.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :