(c) Bristol Interaction Group (Bristol), chercheurs Telecom ParisTech, HCI Sorbonne Université et CNRS.

Cette peau artificielle va révolutionner notre rapport aux objets tech

Voici Skin-On. Âmes sensibles, s'abstenir.

Qu’est-ce qui permettrait de faire à la fois mieux qu’un écran tactile, la reconnaissance faciale et la reconnaissance gestuelle (aperçue dans le Pixel 4) conjugués ? Des électrodes placées dans le cerveau pour contrôler son cerveau et des machines, à la Musk ?

Point du tout. Des chercheurs de l’université de Bristol, en partenariat avec l’école Télécom Paris et l’université Paris-Sorbonne, ont mis au point un dispositif bigrement inspiré de la peau humaine, l’interface Skin-On.

Publicité

La membrane, fabriquée en silicone et truffée d’électrodes, réagit de manière très sensible au mouvement des doigts : caresses, pincements, petites pressions, autant de douces attentions que le hardware actuel ne distingue pas.

Cette peau artificielle pourrait être utilisée dans nos objets quotidiens (housses de smartphones, pavés tactiles, etc.) et dans la robotique, grand public ou de pointe.

Publicité

Par Pierre Schneidermann, publié le 21/10/2019

Copié

Pour vous :