AccueilGaming

Chine : dès septembre, on ne pourra plus être anonyme sur les jeux en ligne

Publié le

par Battiste Delfino

(c) Felicissimo Silva

Une mesure restrictive en plus en Chine, alors que les mineurs étaient déjà limités à trois heures par jour sur les jeux en ligne.

La Chine entretient une relation complexe avec le jeu vidéo et s’est toujours montrée méfiante quant à son impact sur la jeunesse. Les constructeurs étrangers comme Sony ou Nintendo n’ont, par exemple, eu l’autorisation de commercialiser leurs consoles dans l’empire du Milieu qu’en 2014 et cela fera bientôt deux ans que les joueurs de moins de 18 ans ont l’interdiction de jouer aux jeux vidéo en ligne après 22 heures.

L’an dernier, le pays avait déjà raffermi ses limites, en interdisant aux mineurs de jouer plus de 90 minutes par jour le week-end et 3 heures pendant les vacances scolaires. Comme dans les autres secteurs de l’industrie, le gouvernement chinois contrôle tout et justifie régulièrement ses décisions par une politique de prévention contre l’addiction aux jeux vidéo – grand fléau du productivisme chinois.

Il faut dire que le pays dispose d’armes que d’autres n’ont pas pour tout contrôler : voilà plusieurs années que les joueurs sont contraints de renseigner leur date de naissance et leur numéro de carte d’identité, lorsqu’ils s’inscrivent sur des plateformes de jeux vidéo en ligne… Un terrain propice à encore plus de surveillance étatique.

Justement, ce week-end, Feng Shixin, directeur adjoint du Bureau des publications du Département central de la propagande, a contacté les organisateurs de l’une des principales conventions de jeux vidéo en Chine, ChinaJoy, pour discuter de l’avenir de l’industrie dans le pays, nous rapporte le South China Morning Post.

Feng Shixin a annoncé que dès le mois de septembre 2020, l’anonymisation sur les jeux vidéo sera tout bonnement interdite dans le pays et que tous les joueurs – mineurs ou non – seront obligés par la loi de donner leur nom complet à l’inscription sur des services en ligne.

Pour le moment, on ne sait pas grand-chose sur le fonctionnement de ce futur système national de vérification ni sur sa ressemblance avec les systèmes de vérification d’identité, déjà mis en place par Tencent ou NetEaseles deux plus grandes entreprises du secteur en Chine, qui avaient déjà pris de l’avance. On sait surtout que la surveillance sera encore plus stricte.

Plus d’informations nous parviendront bientôt, pour comprendre comment ce système sera mis en place. Le gouvernement ne craint pas la désertion des joueurs : toujours selon le South China Morning Post, les ventes des jeux chinois ont bondi de plus de 22 % au début de l’année, pour atteindre 139,4 milliards de yuans (19,9 milliards de dollars américains), a annoncé le China Digital Entertainment Congress (CDEC) ce jeudi.

À voir aussi sur techno :