AccueilTurfu

Comment la ville de Sydney est passée à 100 % d'énergies renouvelables

Publié le

par Benjamin Bruel

Un coût de presque 40 millions d'euros pour des services municipaux entièrement verts.

Sydney prend une très grosse longueur d’avance. Tandis que la mairie de Paris s’est engagée à utiliser 100 % d’énergies renouvelables avant l’année 2050, la ville de Sydney a atteint ce pourcentage hautement symbolique depuis la semaine dernière.

Le conseil de la métropole de la plus grande ville australienne a voté le passage à l’énergie verte de l’ensemble des services de la ville. Depuis le premier juillet, toutes les opérations gérées par la ville fonctionnent à l’énergie renouvelable : piscines, éclairages de rue, entrepôts, terrains de sport, bâtiments municipaux, etc.

Coût initial de l’opération : 60 millions de dollars australiens (environ 40 millions d’euros). Mais le conseil de la ville considère qu’une économie de 500 000 dollars sera ensuite réalisée chaque année, pour les dix prochaines années, grâce à ces changements d’infrastructures. Par ailleurs, les émissions de CO2 seront réduites de 20 000 tonnes par an – l’équivalent de 6 000 foyers, notent-ils.

Des efforts sur le long terme

Comment expliquer, analyser les moyens de ce tournant complet vers les énergies renouvelables pour une métropole de plus de 5 millions d’habitants ?

La ville a démarré son engagement vert il y a de nombreuses années. Sydney a atteint (officiellement) la neutralité carbone dès 2011 – ce qui signifie que son taux d’émission de CO2 et son taux d’absorption de carbone dans l’atmosphère ont atteint l’équilibre. En 2016, la ville s’est par ailleurs engagée à réduire son empreinte carbone de 70 % d’ici 2030. Les nouveaux engagements pris par Sydney devraient lui permettre d’atteindre cet objectif six ans plus tôt.

Mais en ce qui concerne l’utilisation des énergies renouvelables par les services liés à la municipalité, c’est en se tournant vers le local que Sydney a atteint les 100 % d’énergies vertes. Trois différentes fermes solaires et un parc éolien complet et principal sont désormais dédiés au projet. Ils sont tous issus de la région de la Nouvelle-Galles du Sud. La plupart de l’énergie (environ 75 %) sera issue du parc éolien.

Tout ceci a un coût – et pas des moindres. Mais le retour sur investissement sera aussi effectif en termes d’emplois dans la région, puisque les fermes solaires et le parc éolien vont être développés dans la région.

À voir aussi sur techno :