(c) Denis Shiryaev

Deux chaînes YouTube font revivre New York et Paris au XIXe siècle en 4K

Se perdre sur YouTube, une passion qui ne déçoit jamais.

Ce sont deux petites chaînes YouTube qui, a priori, ne paient pas de mine. Elles ne font pas de prank au téléphone et ne sont même pas sponsorisées par un certain VPN ou par les Produits Laitiers, c’est dire.

La première chaîne, tenue par un certain Guy Jones, duquel on ne connaît presque rien, existe depuis 2017 et possède à l’heure actuelle 275 000 abonnés pour des dizaines de vidéos en ligne. Ces vidéos sont souvent très courtes, sans montage et montrent simplement la vie dans le monde à travers des images restaurées allant du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe.

Publicité

Paris à la Belle Époque, les rues de New York en 1910 ou de Tokyo en 1913, montages restaurés de photographies dans les années 1840 (!!) ou la Grand-Rue de Marseille en avril 1898 : les vidéos sont immersives, l’image est fluide et les scènes semblent être tirées d’un autre monde. C’est vintage et bluffant.

Publicité

Guy Jones explique, notamment sur sa petite page GoFundMe, qu’il est en quête perpétuelle de nouvelles images à restaurer, en travaillant leur vitesse et en ajoutant des bandes-son, avant de les mettre sur sa chaîne YouTube. On ne sait pas si c’est son métier ou simplement son hobby, mais ce travail d’archive à disposition de tous est remarquable.

Publicité

Récemment, Guy Jones a été rejoint dans sa quête de la machine temporelle numérique sur une autre chaîne Youtube par un certain Denis Shiryaev. Ce développeur russe s’était fait connaître il y a quelques semaines grâce à son travail sur L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat, l’un des premiers films de Louis Lumière, considérée comme l’une des séquences fondatrices de l’histoire du cinéma.

Comme on le voit au-dessus, il a repris les images mises en ligne par Guy Jones (qui lui file un coup de main au son) pour en améliorer la définition et la fréquence. Le résultat : des vidéos en couleur, en 4K et en 60 images par seconde.

Publicité

Il précise utiliser Gigapixel AI, un logiciel conçu pour accroître la résolution d’une image. Il a également recours à Dain, un outil qui se base sur un réseau neuronal pour incruster des plans supplémentaires.

Ici, New York en 1911, en couleurs et en musique. En dessous, Paris à la Belle Époque. On vous souhaite une bonne promenade sur le pont de l’Alma à l’ancienne.

Par Benjamin Bruel, publié le 09/03/2020