AccueilTurfu

E-cigarette à la cocaïne : la nouvelle solution pour lutter contre les addictions ?

Publié le

par Julie Morvan

Un toxicologue s’est posé la question.

E-cigarette à la cocaïne : la nouvelle solution pour lutter contre les addictions ?

© Hello World/Getty Images

À vue d’œil, elle ressemble à n’importe quelle "vapoteuse" ou autre cigarette électronique. Une batterie, un vaporisateur à réchaud et une cartouche. Mais cette fois-ci, pas de nicotine ou d’arôme ultrachimique à la fraise : ce prototype permettrait de fumer… de la cocaïne. Une idée qui, si elle paraît folle pour certain·e·s, pourrait sauver la vie des toxicomanes les plus atteint·e·s.

© Drug Science, Policy and Law

C’est en tout cas ce qu’avancent Fabian Steinmetz, toxicologue, et Heino Stöver, chercheur en toxicomanie. Tous deux ont récemment écrit un article intitulé "La e-cigarette à la cocaïne - Un concept théorique d’un dispositif réduisant les risques encourus par les consommateurs actuels de formes de cocaïne à fumer" et publié dans la revue scientifique Drug Science, Policy and Law. Loin d’être destiné à un usage récréatif, celui que l’on surnomme déjà le "crack pen" permettrait de limiter les risques d’overdose et de proposer un traitement adapté aux cocaïnomanes n’étant ni en état d’arrêter de consommer de la cocaïne, ni de la remplacer par une autre substance. Fabian Steinmetz précise auprès de Discover :

"Je ne suis certainement pas la première personne à y avoir pensé. Ça doit se situer entre le crack et la cocaïne à sniffer, mais si ça peut aider la moitié d’un groupe de personnes, alors ça aide la moitié d’un groupe de personnes."

En Europe seulement, quasiment 3 millions de jeunes âgé·e·s de 15 à 34 ans ont consommé de la cocaïne en 2020, malgré son interdiction. Sa production, sa distribution et sa vente sont en effet illégales partout dans le monde, à quelques exceptions près ; sa possession en petite quantité reste autorisée au Mexique et en République tchèque.

L’invention d’un dispositif limitant l’addiction à ce type de substance s’avérerait donc utile. D’autant plus que la cocaïne à fumer est encore plus addictive que la cocaïne à sniffer. On parle alors de "crack", un dérivé qui procure une sensation d’euphorie et de confiance en soi bien plus intense, mais aussi plus éphémère. "Les gens le consomment sans interruption", explique Steinmetz.

Autre problème : les consommateur·rice·s de ce type de substance rechignent à faire appel au système de santé, se sachant dans l’illégalité.

Enfin, les cures de désintoxication forcées n’ont que très peu fait leurs preuves, indique Discover. Cette cigarette électronique serait donc une alternative possible à ces traitements trop violents ou inefficaces, selon Steinmetz et Stöver.


Que pensez-vous de ce prototype de e-cigarette à la cocaïne ? Écrivez-nous à : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :