AccueilTurfu

Et si votre smartphone vous prévenait quand vous êtes trop bourré ?

Publié le

par Benjamin Bruel

En se servant de l'accéléromètre de son mobile, on pourrait détecter son état d'ébriété et recevoir une alerte avant de conduire.

Brian Suffoletto, médecin américain de l’université de Stanford, a dévoilé une nouvelle étude sur le rapport des technologies à l’alcool. Son idée : utiliser un smartphone, objet connecté accessible au plus grand nombre, pour détecter quand une personne a consommé trop d’alcool grâce à la manière dont elle marche, pour l’empêcher de prendre le volant.

Le scientifique, accompagné de confrères de l’université de Pittsburgh, en Pennsylvanie, voulait voir si les capteurs environnementaux utilisés par nos mobiles pourraient aider à détecter des changements comportementaux. C’est avec l’accéléromètre qu’ils ont réussi à trouver une solution. Ce capteur est notamment utilisé pour déterminer l’orientation du mobile, par exemple, lorsque l’on tourne son écran dans un sens ou dans l’autre. Il détecte les accélérations vers le haut, le bas, sur les côtés et vers l’avant ou l’arrière.

Brian Suffoletto et ses collègues, connaissant la tendance des personnes en état d’ébriété à marcher de travers, ont voulu créer un modèle de ce comportement physique, pour ensuite le lier aux smartphones.

Ils ont recruté 22 personnes majeures, âgées de 22 à 43 ans, et leur ont donné une heure chacun pour boire un cocktail faisant monter leur alcoolémie à 0,2 %, plus que la limite légale aux États-Unis. Ils ont ensuite attaché un mobile, équipé d’une application concoctée spécialement, au dos des participants. Toutes les heures, durant sept heures, les volontaires subirent des tests d’alcoolémie et devaient marcher sur une ligne droite de dix pas, faire demi-tour et revenir en arrière, toujours sur la même ligne droite.

Selon les résultats de l’étude, publiée dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs, les chercheurs purent détecter dans plus de 90 % des cas si une personne était ou non en état de conduire, en se basant toujours sur la limite de 0,08 % d’alcool dans le sang, imposée outre-Atlantique.

Une technique qui pourrait être viable à terme et intégrée dans des solutions comme Google Fit ou Apple Santé ? Pour le moment, les prochains tests doivent déterminer comment le logiciel créé à l’aide de l’accéléromètre fonctionne si l’on place le mobile dans une poche ou s’il est tenu dans la main des participants – et forcément, s’il bouge. Ça risque de poser des problèmes techniques. La qualité de la détection devra ainsi être améliorée.

Même si la technique ne devient pas fiable à 100 %, elle est qualifiée de "preuve de concept" par l’équipe, qui voudrait en faire une solution viable dans les prochaines années. "Elle pourrait être utilisée par des individus qui veulent recevoir une alerte quand ils montrent des signes de troubles", affirme Brian Suffoletto.

À voir aussi sur techno :