Fini les piqûres ? Des scientifiques américains essaient d'inventer une seringue à laser

La bonne nouvelle de l'année pour tous les phobiques de la piqûre qui fait bobo.

Le magazine scientifique New Scientist révèle les travaux de chercheurs américains sur "un laser capable de générer un jet de liquide à haute vitesse" pour introduire différentes solutions médicinales dans le sang. Sans la douleur et sans la fameuse angoisse de l’aiguille, promettent Pankaj Rohilla et Jeremy Marston, chercheurs en génie chimique au sein de la Texas Tech University.

Tous deux ont déjà réalisé des essais concluant sur des matériaux comme de la peau de cochon et d’autres textures proches de la peau humaine. "Ces résultats ont été encourageants pour nous", explique Pankaj Rohilla. "La prochaine étape consistera à réaliser des injections sur la peau de cadavres humains."

Publicité

L’outil qu’ils ont mis au point "concentre un faisceau laser dans un liquide qui se trouve dans un tube en verre", explique New Scientist. Le liquide contenu chauffe et en s’évaporant, il forme une "bulle" qui, à l’aide de la pression, insère un jet de liquide dans le corps à la vitesse de 300 mètres par seconde.

Durant les essais, ce jet, ce flux de liquide, était réduit à une largeur d’un dixième de millimètre pour que l’impact produit par sa vitesse n’endommage pas la peau. Il pénétrait ainsi jusqu’à 4 millimètres sous la surface de la peau, où sont habituellement réalisées les injections intradermiques.

Cette nouvelle technique a pour objectif de soulager les nombreuses personnes souffrant d’une peur irrationnelle des aiguilles. Pankaj Rohilla explique également que son outil pourrait permettre d’injecter des liquides plus épais dans le futur, comme les vaccins à ADN. En revanche, l’article ne précise pas si une telle technique pourrait être utilisée dans le cas inverse : celui de la prise de sang.

Publicité

Des résultats plus précis de ces recherches devaient être présentés le 3 mars, à l’occasion d’une réunion de l’American Physical Society, dans le Colorado. Elle a été annulée en raison des craintes liées au coronavirus Covid-19. Il faudra donc attendre un peu pour avoir des détails précis sur les recherches qui sont menées à la Texas Tech University en matière d’aiguilles du futur.

Par Benjamin Bruel, publié le 09/03/2020