Ils ont créé une résine d'imprimante 3D à partir d'huile de friteuse de McDo

Des chercheurs de l’université de Toronto transforment l’huile de cuisson usagée en résine haute définition d’impression 3D.

On doit cette prouesse à l’équipe d’Andre Simpson, qui est partie d’un simple constat : la résine traditionnelle pour les impressions 3D est chère et néfaste pour l’environnement. Ayant remarqué que les molécules utilisées dans les résines commerciales étaient similaires aux graisses des huiles de cuisson, il s’est attelé à la conception de ce produit.

Après avoir prospecté des chaînes de restauration rapide de sa région, c’est le McDonald’s de Scarborough qui s’est proposé pour livrer son huile de friteuse usagée. Les essais furent concluants, puisqu’un litre d’huile a permis de produire 420 millilitres de résine. En guise de test, le laboratoire a fabriqué des petits papillons qui représentaient des détails de 100 micromètres.

Publicité

Ce mode de production présente deux avantages non négligeables. D’abord, le prix : alors que la résine conventionnelle coûte 525 $ le litre (environ 486 euros), cette résine issue de graisse végétale ne coûte que 300 $ la tonne. Son autre force, c’est sa biodégradabilité. Les chercheurs ont découvert que les objets faits avec leur résine avaient perdu 20 % de leur poids après deux semaines d’enfouissement dans le sol.

Cette innovation est en bonne voie pour se généraliser. En effet, Andre Simpson a reçu un financement du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada afin de mener à terme ses recherches.

Publicité

Par Mickaël Laplaud, publié le 20/02/2020