AccueilTurfu

La CIA partage 10 conseils de pro pour réussir ses photos d'ovnis

Publié le

par Lise Lanot

La CIA a déclassifié en 2013 un "guide à l'usage des photographes d'ovnis".

Dans les années 1960, aux États-Unis, s’est développée une inlassable chasse aux "petits bonshommes verts" et à leurs moyens de transportation. Persuadé·e·s qu’on leur cachait des informations (notamment liées à la célèbre "Zone 51"), nombre d’Américain·e·s envoyaient à la CIA des photos plus ou moins floues d’objets volants non identifiés vus dans le ciel.

Afin de calmer les esprits, de prouver sa bonne volonté et d’enquêter sur l’infini, la CIA publiait en 1967 un Guide à l’usage des photographes d’ovnis pour les aider à prendre les meilleures photos possibles, dignes d’analyse, d’ovnis. En 2013, l’agence de renseignement déclassifiait ce document de ses archives et l’offrait aux internautes.

© Michael Herren via Unsplash

Le guide rassemble dix conseils plus ou moins élémentaires qui concernent la prise d’images ou les techniques de développement, permettant l’obtention de photos les plus nettes et véridiques possibles. Les conseils vont des simplistes "ne pas bouger", "prendre plusieurs photos" et "varier les angles" aux injonctions à bien conserver les négatifs, à régler sa mise au point sur infini et à toujours utiliser une vitesse d’obturation supérieure à 1/100 de secondes lorsque les objets sont en mouvement.

"Prenez des photos"

Afin d’éviter toute erreur, retouche et illusion, l’agence recommande de prendre le plus d’images possibles avec le sol apparent, de l’objet en question mais aussi des alentours – afin notamment de pouvoir calculer la taille de l’objet.

© CIA

Le conseil principal du document, qui s’adresse finalement autant aux chasseur·se·s d’ovnis qu’aux apprenti·e·s photographes, consiste, quoi qu’il arrive, à prendre le plus de photos possibles, qu’importe la qualité de son appareil ou l’endroit où l’on se trouve :

  1. Régler la mise au point sur infini.
  2. Utiliser une pellicule rapide, telle que Tri-X, qui est très bien.
  3. Utiliser une vitesse d’obturation supérieure à 1/100 de secondes lorsque les objets sont en mouvement. L’obturation et la distance focale dépendront de la lumière – crépuscule, nuages, grand soleil, etc. Si votre appareil ne comporte pas de telles options, prenez juste des photos.
  4. Ne bougez pas en prenant la photo.
  5. Prenez plusieurs photos de l’objet, autant que vous pouvez. Si vous le pouvez, intégrez des images où on voit le sol en même temps que l’ovni.
  6. Si l’objet semble proche de vous, à plusieurs trentaines de mètres ou moins, essayez de vous déplacer autour de l’objet pour que vos images le montrent sous différents angles. Des variations de dix ou quinze mètres sont utiles. Cela permet d’établir un référentiel et aide l’analyse technique des images. Si l’objet semble éloigné, à plus d’1,5 kilomètre, restez où vous êtes et continuez de prendre des photos. Une faible variation n’aidera en rien. Cependant, si vous avez une voiture et pouvez conduire 800 ou 900 mètres pour prendre d’autres photos, faites-le.
  7. Une fois que vous avez pris vos images de l’ovni, restez où vous êtes puis, tournez doucement sur vous-même, à 360° et prenez des photos tout le long, à hauteur d’œil. Cette technique permet de photographier le reste du paysage. C’est très important pour permettre d’analyser l’ovni que vous venez de photographier.
  8. Votre négatif original est précieux. Portez-lui le plus grand soin lors du développement.
  9. Si vous le pouvez, créez un second négatif à partir de l’original.
  10. Toute reproduction faite pour des études et analyses techniques devra venir du négatif original et devra être imprimée de façon à montrer l’ensemble des images prises dont les bords et les perforations latérales si les pellicules en possèdent.

À voir aussi sur techno :