(c) NASA

La Nasa a finalisé le mini-hélicoptère qui devra voler dans le ciel de Mars

Le futur tout premier engin à s'envoler dans le ciel martien a été attaché au "ventre" du rover Perseverance.

Dans quelques mois, la mission Mars 2020 de la Nasa prendra son envol – avec son gros rover Perseverance et son petit hélicoptère MHS.

Conçu au sein du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de l’Agence spatiale américaine, Perseverance, qui fait grosso modo la taille d’une voiture, doit décoller entre les mois de juillet et d’août prochain, pour une arrivée à destination prévue en février 2021.

Publicité

Il rejoindra ainsi Curiosity sur la planète rouge, mais malgré les similarités des deux engins, Perseverance n’aura pas exactement les mêmes objectifs et moyens.

Comme la Nasa l’expliquait en détail dans un article, l’objectif de cette astromobile sera également de chercher des traces de vie microbienne, notamment en prélevant des échantillons du sol et des roches, à l’aide d’une tourelle montée sur son bras robotique.

Celle-ci, plus imposante que celle de Curiosity, pèsera 45 kilogrammes et permettra notamment de pulvériser les roches. Les échantillons prélevés seront ensuite scellés hermétiquement dans des tubes à l’intérieur du rover.

Publicité

© Nasa

Enfin, la zone d’exploration sera différente : alors que Curiosity se promène toujours sur le mont Sharp, Perseverance viendra explorer le cratère Jezero, à plus de 6 000 kilomètres de son compatriote robotique.

Le premier engin volant sur Mars

La Nasa a également accroché au rover un petit hélicoptère (le Mars Helicopter Scout) au "ventre" de l’astromobile, comme l’explique un communiqué diffusé le 10 avril.

Publicité

L’hélicoptère, qui pèse 1,8 kilogramme, restera attaché au rover pendant les deux mois et demi qui suivront l’atterrissage. Une fois que Perseverance aura parcouru 100 mètres depuis son point de chute, l’hélicoptère devra prendre son envol.

Il pourra, dès lors, générer lui-même son énergie électrique, grâce à un panneau solaire "logé au-dessus de ses hélices contre-rotatives", précise l’Agence spatiale américaine. Après une batterie de tests techniques, la première tentative de vol martien sera initiée.

Son objectif ? Effectuer des tests de vol sur Mars, tout simplement. Il s’agira du premier engin volant à décoller depuis le sol de Mars. Il s’agit donc plus de valider une prouesse technique que de collecter des données scientifiques.

Publicité

Le site de L’Usine nouvelle précise que plus de 1 500 pièces composent l’engin, dont les pales tourneront à 3 000 tours par minute, soit un rythme dix fois plus élevé que celui nécessaire sur Terre.

On vous laisse, si vous ne l’avez pas vu, avec le plus impressionnant panorama de Mars, réalisé par le rover Curiosity.

Par Benjamin Bruel, publié le 14/04/2020