La voiture autonome Uber ayant causé un mort n'avait pas reconnu la piétonne

Le logiciel avait classé la piétonne comme un "objet" parce qu'elle marchait en dehors du passage.

La voiture autonome d’Uber impliquée dans un accident ayant coûté la vie à une femme, en mars 2018, l’avait bien détectée. Mais celle-ci n’était pas programmée pour la reconnaître en tant que piétonne, a indiqué mardi le régulateur américain des transports NTSB.

Dans un rapport publié le 19 novembre, l’organisme a affirmé que la technologie d’Uber "ne prenait pas en compte l’éventualité de piétons traversant hors des clous".

Publicité

Un logiciel défaillant

Publicité

La NTSB avait déjà déterminé dans un rapport préliminaire que le logiciel avait bien repéré, près de six secondes avant le choc, la femme de 49 ans qui marchait à côté de son vélo de nuit. Mais il est précisé dans le nouveau document que "le système ne l’a jamais classée comme piétonne" mais comme un "objet".

Quand le logiciel a déterminé qu’une collision était imminente, environ une seconde et deux centièmes avant le choc, le freinage d’urgence n’a volontairement pas été déclenché car il aurait provoqué un freinage ou un détournement de la trajectoire du véhicule trop extrême. Il a en revanche envoyé une alerte sonore à la conductrice.

Uber avait suspendu tous les tests de conduite autonome sur la voie publique juste après cette collision fatale sur une route de Tempe, dans la banlieue de Phoenix en Arizona, avant de les reprendre quelques mois plus tard.

Publicité

Deux cas de collisions causées par des voitures autonomes Uber

La société a assuré à la NTSB que la nouvelle version de sa technologie aurait permis de reconnaître correctement la piétonne et de déclencher un freinage contrôlé plus de quatre secondes avant l’impact.

"Dans le sillage de cette tragédie, l’équipe (en charge de la technologie des véhicules autonomes) a développé des améliorations essentielles pour accorder encore plus de priorité à la sécurité", a indiqué une porte-parole d’Uber dans un message transmis à l’AFP.

Le document du régulateur montre par ailleurs que les véhicules des tests menés par Uber avec son système de conduite autonome avaient, entre septembre 2016 et mars 2018, été impliqués dans 37 accidents. Mais la voiture d’Uber était à l’origine de la collision dans seulement deux cas.

Publicité

L’accident de Tempe a représenté un accroc dans le développement de la conduite autonome en forçant la plupart des groupes engagés dans cette technologie à réévaluer leurs systèmes de sécurité.

Konbini Techno avec AFP

Par Benjamin Bruel, publié le 06/11/2019

Copié

Pour vous :