(c) Singer

Les grandes gagnantes du confinement sont... les machines à coudre

Des ventes multipliées par quatre, notamment grâce aux masques.

Du confinement, on savait qu’il avait notamment bénéficié aux industries du jeu vidéo, aux Gafam, aux médias, au streaming. Bref, à tout ce qui est en ligne et se consomme sans passer la porte de chez soi.

Mais il ne faut jamais oublier que le yin et le yang sont partout, même dans les dynamiques de consommation. Parallèlement à la high-tech, la low-tech est aussi revenue en grande pompe. On en veut pour preuve ce chiffre étourdissant : entre mai 2019 et mai 2020, les ventes de machines à coudre ont été multipliées par quatre. Merci le confinement !

Publicité

Ce chiffre nous est fourni par Singer, la marque historique qui pèse le plus dans le game de la couture. On ne parle donc que de leurs machines à eux. Micro-analyse de l’entreprise en deux temps : les Français avaient besoin de se ressourcer en faisant des activités créatives, mais ils voulaient aussi (et surtout) coudre des petits masques (et des blouses, dans une moindre mesure), pour eux-mêmes ou pour leurs semblables. Ceci ayant été facilité par les patrons de masque qui ont largement tourné, notamment le modèle officiel de l’Afnor.

La lutte contre l’obsolescence semble entrer progressivement dans les mœurs des Français, puisque Singer a aussi constaté "un afflux exceptionnel de réparation et de révision de machines à coudre" dans ses magasins et dans son principal atelier de réparation, situé à Nanterre.

Parmi les clients, de nombreux primo acquéreurs, qui ont opté pour des modèles d’entrée de gamme, dont le prix oscille entre 150 et 300 euros.

Publicité

Par Pierre Schneidermann, publié le 22/06/2020