L'histoire derrière la première image publiée sur Internet

Bien loin de l'esthétique 2020.

Le bleu du ciel un peu dégradé en fond. Un montage un peu maladroit, fruit d’une mauvaise utilisation des logiciels ou de l’obsolescence de ces derniers. En haut, centrée, une inscription à la typologie douteuse semble désigner les sujets au milieu.

Les Horribles Cernettes, comme un surnom surgi du passé. Pour un club, ou peut-être un groupe. Et parlons-en du groupe. Il convient de noter l’attitude un poil cheesy de l’ensemble de la troupe. Des jeunes filles en fleurs à leur bal de promo ? Une réunion d’anciennes copines de lycée ? On ne saurait trancher.

Publicité

Les explications : les Horribles Cernettes

internet

© Les Horribles Cernettes

Michele de Gennaro, graphiste au CERN (pour Conseil européen pour la Recherche Nucléaire, organisme international installé à Genève) vivait une idylle passionnée avec un physicien rencontré sur son lieu de travail. Pour autant le quotidien n’était pas rose. En effet, le physicien en question était astreint à la surveillance 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 du LHC (Large Hadron Collider), le plus grand accélérateur de particules au monde : celui-ci était obligé de se lever en pleine nuit, écourtant par la même occasion les moments d’intimité du couple.

Un jour, pour lui faire une surprise, lors d’un festival organisé par le CERN, elle décide de monter sur scène et de mettre en musique avec l’aide d’amies une chanson où elle dépeint le quotidien difficile d’une femme de physicien nucléaire. C’est la naissance du groupe. Les Horribles Cernettes connaissent par la suite un succès non négligeable au sein du milieu scientifique et sont invitées à de nombreux congrès. Leurs paroles, parodiant le milieu académique, ne semblent pas pour autant accessibles à l’ensemble de la population ce qui explique leur relatif anonymat bien qu’elles aient été pionnières au moins sur un point. Et c’est là que le bât blesse.

Publicité

Les perspectives : la première photo du Web

À la suite de cette performance marquant la naissance du groupe, l’informaticien britannique Tim Berners-Lee qui travaillait alors au CERN, demande à Silvano de Gennaro, parolier du groupe et collègue, de faire un montage, de le scanner et de lui transmettre. Son idée : uploader le cliché sur sa toute nouvelle création auquel il a donné le nom de World Wide Web.

Fruit de cette rencontre fortuite entre un groupe parodique de filles acoquinées avec le milieu scientifique et de l’inventeur de la création la plus révolutionnaire de notre temps, la photo présentée ci-dessus est ainsi la première d’Internet.

Elle est un témoignage historique non négligeable, une trace des prémices du Web, tout comme le site des Horribles Cernettes, le premier pour un groupe de musique et qui aujourd’hui, à notre âge avancé du numérique, paraît rudimentaire.

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 19/05/2020