Microsoft licencie des dizaines de journalistes pour les remplacer par une IA

Au Royaume-Uni et aux États-Unis, Microsoft licencie ses équipes éditoriales à tour de bras pour les remplacer par des robots.

Microsoft se sépare de plusieurs dizaines de journalistes travaillant sur les plateformes Microsoft News et MSN aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les journalistes ont appris qu’ils seraient remplacés par des robots capables d’automatiser leur travail, nous apprend The Verge.

Business Insider fut le premier média à traiter ce licenciement, affirmant que 50 journalistes de l’équipe éditoriale de Microsoft News étaient concernés outre-Atlantique. Tandis que le Guardian nous apprenait ce samedi 30 mai que 27 journalistes au Royaume-Uni allaient être licenciés.

Publicité

Les journalistes étaient salariés par des entreprises tierces comme PA Media au Royaume-Uni, elles-mêmes employées par Microsoft, et publiaient les articles que l’on peut par exemple trouver en Une de MSN.com, la page d’accueil de Microsoft Edge.

"Comme toutes les entreprises, nous évaluons notre business de façon régulière", affirme un porte-parole de Microsoft dans un communiqué de presse. "Cela peut résulter par une augmentation des investissements dans certains secteurs et, de temps en temps, des redéploiements dans d’autres. Ces décisions ne sont pas le résultat de la pandémie actuelle."

Les journalistes britanniques, dont le Guardian a pu recueillir la parole, ne travaillaient pas sur des histoires originales. Ils sélectionnaient l’information, reprenaient des sujets d’agences de presse et éditaient le contenu avant de le poster en ligne. "Je passais mes journées à lire sur l’automatisation du travail et comment l’IA allait nous prendre nos boulots, et me voilà maintenant – l’IA a pris mon boulot", a déclaré l’un des journalistes au quotidien britannique.

Publicité

Par Benjamin Bruel, publié le 01/06/2020