On a trouvé mille fois mieux que l'ASMR : une bande-son d'open space customisable

Retour en force des photocopieuses, des claviers et des mâchements de chips.

Bon, OK. En temps normal, l’open space peut être un lieu de vie et d’embrouilles vite insupportable à cause des décibels, mais cela n’aura échappé à personne : on n’est pas en temps normal. Si le confinement apporte son lot de silences salvateurs, les bruits, même dérangeants, provoqués par les collègues d’antan, peuvent nous manquer.

Si vous regrettez :

Publicité

  • les courtes conversations téléphoniques ou réelles ;
  • le bruit de la photocopieuse ;
  • une sonnerie de téléphone fixe par-ci, par-là ;
  • les tapotements sur le clavier ;
  • la table de ping-pong – très start-up cliché, quand même ;
  • les bruits de pas pressés ;
  • les verres d’eau qui se remplissent ;
  • les mâchements de chips ;
  • les fredonnements – vocaux ou sifflés…

Alors le site I Miss the Office est fait pour vous. Ne le mettez pas toute la journée, 1 heure par jour suffira. Si vous possédez une enceinte Bluetooth, optez pour ce dispositif, l’atmosphère n’en sera que plus réaliste.

I Miss the Office permet aussi de choisir le nombre de collègues que l’on veut à côté de soi (10 maximum). Vous pouvez aussi choisir de mettre l’accent sur certains bruits, en cliquant à différents endroits du plan 3D représentant l’espace.

Les bruits qui nous manquent et qu’on n’a malheureusement pas retrouvés sur le site :

Publicité

  • les fous rires et les engueulades ;
  • les bribes de discussions bien françaises sur les gilets jaunes et la réforme des retraites (ô, temps lointains) ;
  • les clics de souris ;
  • le brouhaha qui enveloppe un départ général pour le déjeuner ;
  • les blagues fatiguées et pourries du vendredi soir ;
  • les SR et correcteurs qui soupirent parce qu’on fait trop de fautes de français (open spaces journalistiques seulement).

Il y a aussi des bruits qu’on est très contents de ne pas avoir retrouvés :

  • les notifications Slack, Messenger et WhatsApp ;
  • les discussions téléphoniques qui s’éternisent ;
  • la musique forte ;
  • l’alarme incendie qui se déclenche par inadvertance.

Par Pierre Schneidermann, publié le 10/04/2020