AccueilTurfu

Une réserve de sperme sur la Lune : la fertile idée de scientifiques américains

Publié le

par Benjamin Bruel

Sur le modèle de "l'Arché de Noé" de Svalbard, ils proposent de construire une base lunaire pour préserver 6,7 millions d'espèces.

Et si une catastrophe naturelle, une guerre, un astéroïde qui passe un peu trop près ou même – imaginez seulement ! – une pandémie venait à secouer la vie sur Terre et mettre en danger certaines espèces ? On serait bien dans la panade.

Pour éviter tout menu problème de ce type, plusieurs étudiants et professeurs de l'université d'Arizona ont proposé un plan : créer une "Arche lunaire" rassemblant des spermatozoïdes, des graines, œufs cryogénisés et autres matériels génétiques. Au total, ils proposent de mettre à l'abri 6,7 millions d'espèces de cette manière sur la Lune, créant ainsi ce qu'ils nomment "une politique d'assurance moderne".

La proposition a été émise à l'occasion de l'IEEE Aerospace Conference, un événement privé du milieu aérospatial et scientifique qui s'achève la semaine prochaine. Et si cela vous dit quelque chose, c'est normal : le projet – qui n'a pour le moment rien de concret – s'inspire de la réserve mondiale de semence de Svalbard, notre fameuse "Arche de Noé" souterraine en Arctique. Celle-ci conserve plus d'un million de graines enfouies sous les neiges de l'archipel depuis son ouverture en 2008.

Sauf que l'arche de Svalbard connaît quelques problèmes. Comme nous l'apprend Forbes, sa pérennité est remise en cause par le changement climatique – oui, encore. En 2017, le site supposé impénétrable aux aléas de la Terre a été mis à rude épreuve à cause de l'extraordinaire augmentation de la température hivernale en Arctique, provoquant une fuite d'eau. Le site n'est par ailleurs construit qu'à 130 mètres au-dessus des hauts.

Alors, pourquoi ne pas construire un édifice doublement plus ambitieux, mais sous la surface du sol lunaire ? Le projet, porté par Jekan Thanga – un monsieur très sérieux – propose d'exploiter le réseau de tunnels souterrains de lave de la Lune. Ceux-ci, encore inexplorés et sujets à tous les fantasmes, notamment la possibilité d'abriter des habitats sur la Lune, pourraient faire jusqu'à 5 km de large. On vous rassure, plus aucune lave ne s'y écoule depuis longtemps.

(c) Université de l'Arizona

L'idée serait d'envoyer des robots sphériques pour explorer ces tunnels, puis de coloniser ceux-ci en construisant des édifices alimentés par des panneaux solaires – eux-mêmes situés à la surface, logiquement. On enverrait ensuite 250 fusées, comprenant chacune 50 échantillons des 6,7 millions d'espèces. Et le sperme, dans tout ça ? Il serait conservé, bien au frais, à des températures d'environ – 180° Celsius.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :