AccueilTurfu

Le processeur du rover Perseverance est aussi claqué qu’un vieil iMac, voilà pourquoi

Publié le

par Axel Savoye

© Apple / NASA

Et ce n’est pas à cause de la qualité de l’image.

Avec ses technologies de pointe inconnues du grand public et ses missions se chiffrant à plusieurs milliards de dollars, on a plutôt l’habitude d’imaginer la Nasa comme l’un des bastions du turfu. Cet article de The Verge vient complètement bousculer cette idée reçue : le rover Perseverance qui a atterri ce 18 février sur Mars fonctionne avec une technologie vieille de plus de 20 ans. Vous avez bien lu, l’une des inventions les plus futuristes de notre époque fonctionne avec le processeur d’un iMac G3, ordinateur grand public commercialisé en… 1998.

Avant de crier à la gabegie sur les fonds alloués à l’agence spatiale, il faut savoir que cette dernière ne fait jamais les choses par hasard. Si on retrouve le même processeur sur un rover à 1,4 milliard de dollars que sur un vieux Mac que l’on peut acquérir pour 200 euros sur eBay, c’est uniquement pour sa résistance. La puissance du processeur PowerPC 750 est amplement suffisante pour que les robots puissent accomplir leurs tâches spatiales. D’ailleurs, on retrouve aussi cette puce sur le rover Curiosity et le vaisseau spatial Orion.

Car en termes de conquête spatiale, nouveauté n’est pas synonyme de résistance. Les processeurs modernes sont peut-être plus aboutis mais aussi plus fragiles, donc moins résistants aux rayonnements cosmiques. Le processeur de Perseverance a tout de même été customisé pour pouvoir mener sa mission à bien. L’entreprise BAE Systems l’a modifié afin de supporter des radiations allant jusqu’à 1 000 000 de rads et des températures extrêmes allant de -55 à 125 degrés Celsius. Comme quoi, on peut totalement faire du neuf avec du vieux. Pour mémoire, on a envoyé un homme sur la Lune grâce à un ordinateur avec 4 Ko de RAM.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :