Snapchat teste une nouvelle fonctionnalité : les deepfakes marrants

On peut maintenant créer des Jean-Luc Mélenchon dans les nuages sur Snapchat.

Snapchat se prépare au lancement de sa prochaine grosse fonctionnalité. Depuis ce dimanche 8 décembre, le réseau social teste, notamment en France, une nouvelle façon de créer des vidéos. Nommée Snapchat Cameos, elle permet de placer son visage sur une vidéo courte, un peu à la manière d’un GIF amélioré et augmenté par notre petite bouille.

Comme l’a repéré TechCrunch sur Twitter, la fonctionnalité propose concrètement d’utiliser un selfie avec l’application pour mettre son visage en scène dans des situations un brin absurdes – façon Snapchat, en somme.

Publicité

Il existe pour le moment 150 boucles de vidéos avec du son auxquelles il est possible de rattacher son selfie. On vous laisse jeter un œil aux premières images réalisées avec Cameos entre une petite danse au paradis et une session de gloutonnerie de haute volée.

Publicité

Tout le monde n’a pas accès à Cameos qui est encore à l’essai, prévient Snapchat auprès du média américain. Mais il semble déjà possible de réaliser un caméos à deux ou d’insérer une image depuis sa bibliothèque, comme en témoigne ce magnifique Jean-Luc Mélenchon dans les nuages.

Derrière cette fonctionnalité, qui semble assez simple, se cache l’utilisation d’une technique de deepfake. Comme nous l’expliquions en détails dans cette vidéo, un deepfake est une synthèse d’images basée sur le machine learning. En un mot, il s’agit de superposer des fichiers audios ou vidéos sur des fichiers déjà existants et permettre, grâce à l’intelligence artificielle, de faire fusionner ces deux fichiers pour avoir une impression d’authenticité.

Publicité

Les plus connus (et réussis) des deepfakes mettent des personnalités en scène. On se souvient notamment de la (fausse) vidéo de Barack Obama en train d’insulter Donald Trump. Pour le moment, les réseaux sociaux sont très craintifs face à l’utilisation des deepfakes et de la quantité de fausses informations qu’ils peuvent propager.

En septembre, une appli chinoise, ZAO, avait fait beaucoup parler d’elle car elle permettait à ses utilisateurs de créer en deux-deux leurs propres deepfakes. On pouvait par exemple mettre notre visage à la place de celui de Jon Snow.

Les fonctionnalités de Snapchat ont été copiées à plusieurs reprises par la concurrence, notamment du côté d’Instagram avec les stories. À voir si l’entreprise réussit le pari de rendre les deepfakes un peu plus funs et un peu moins flippants. Pour sûr, on a hâte de voir des Jean-Luc Mélenchon volant sur tous nos réseaux sociaux.

Publicité

Par Benjamin Bruel, publié le 09/12/2019