(c) Samsung

Topo : les 5 smartphones pliables qui devraient débarquer dans l'année

Si l'année 2020 n'est pas celle des smartphones pliables, mon rédac' chef vous offre un Galaxy Fold.

Dis, Konbini Techno, est-ce qu’on pourra bientôt faire un origami d’oiseau avec nos smartphones ? Probablement pas, même si on aime bien l’idée. Dans le monde du mobile, l’année 2020 sera probablement celle des smartphones pliables.

À l’horizontale, à la verticale, avec ou sans clapet, façon grosse tablette ou pocket friendly : le pliable est partout, à toutes les sauces. Tour d’horizon des annonces et rumeurs, un mois avant le Mobile World Congress de Barcelone.

Publicité

Un Nokia pliable à la fin de l’année ?

Commençons par le plus improbable ! Nokia, dont l’évocation rappelle aux plus vieux d’entre nous une certaine nostalgie des gros téléphones carrés, tente encore et toujours de revenir sur le devant de la scène du marché des mobiles, depuis son rachat en 2014 par HMD Global.

Selon des sources anonymes du site spécialisé Nokiamob, dans un article publié le dimanche 26 janvier, le constructeur aurait mis au point un prototype de smartphone pliable.

Celui-ci pourrait même être commercialisé avant la fin de l’année 2020 ou au début de l’année prochaine ! On ne sait encore rien sur l’appareil, mais si l’information se confirmait, l’entreprise pourrait alors faire son grand retour, de façon originale. 

Publicité

Un smartphone à clapet pour Samsung ? C’est Ze Flip

Le constructeur sud-coréen va ouvrir le bal des annonces, dès le 11 février prochain, avec sa conférence Samsung Unpacked. Une conférence très attendue, notamment en ce qui concerne l’arrivée du Samsung S20, successeur du S10.

Mais un certain nombre de leaks laissent penser que Samsung pourrait aussi dévoiler son deuxième smartphone pliable, après le Galaxy Fold. Souvenez-vous : en septembre 2019, Samsung avait commencé à commercialiser le tout premier smartphone pliable du marché pour le prix de 2 200 euros. Malgré de nombreuses qualités, le téléphone était surtout une preuve de concept de la part du constructeur. Cette fois, Samsung pourrait bien annoncer deux véritables téléphones pliables.

D’abord, le Galaxy Z Flip, nom de code Galaxy Bloom. Il s’agirait d’un appareil à clapet, semblable aux téléphones d’antan. Mais le "clapet" serait en réalité le téléphone lui-même, capable de se plier à la verticale au milieu de l’écran. Une idée beaucoup plus pratique que le Galaxy Fold, c’est évident.

Publicité

Ces informations ont été confirmées par plusieurs journalistes, férus de tech et autres leakers spécialisés sur Twitter. Max Weinbach, journaliste pour le site XDA Developers, a également partagé plusieurs caractéristiques techniques de l’appareil. Celui-ci devrait posséder un écran Dynamic AMOLED, un capteur d’empreintes installé sur la tranche ou un double capteur photo de 2 méga pixels, entre autres.

On apprend surtout que Samsung aurait déjà prévu une pliure marquée pour son Galaxy Z Flip, un moyen de préserver l’écran le plus possible. Au vu de ces caractéristiques, il est fort possible que le Z Flip soit beaucoup moins cher que le Galaxy Fold. The Verge a obtenu quelques images (non confirmées) du Z Flip via le réseau social chinois Weibo.

Publicité

Weibo/The Verge

Le Galaxy Fold version 2 pour 2020 ?

Ce n’est pas tout, du côté de Samsung. Le Galaxy Z Flip n’a visiblement pas pour ambition de remplacer le Fold, puisque Samsung envisagerait, toujours selon Max Weinbach de XDA Developers, de lancer un véritable successeur du Fold, aux allures de tablette.

"Je viens d’apprendre que Samsung lancera probablement le véritable successeur du Galaxy Fold au deuxième trimestre de cette année", affirme le journaliste spécialisé. Une sortie pour la fin du mois de juin 2020, moins d’un an après la sortie du premier Fold, est envisageable.

En termes de caractéristiques, le journaliste annonce un capteur photo de 108 MP et l’appareil serait accompagné d’un stylet S-Pen pouvant être utilisé sur un écran de 8 pouces. Il serait également doté d’une protection en verre flexible pour la solidité, d’un SoC Snapdragon 865 5G et d’une grande quantité de RAM. Un smartphone très haut de gamme, forcément, dont le prix pourrait dépasser les 2 000 euros.

Le Motorola Razr, déjà disponible à la précommande

Comme Nokia, l’ancien géant du mobile cherche à se refaire une réputation sur le marché des smartphones. Et quoi de mieux que de revenir à ses anciens amours, à savoir les smartphones à clapet ? Annoncé en novembre dernier, le Motorola Razr n’a toujours pas de date de sortie officielle, mais devrait arriver début février aux États-Unis. Il est disponible en précommande chez l’opérateur Verizon pour la somme de 1 499 dollars, ce qui n’est pas rien.

La marque américaine a mis en ligne de nombreuses vidéos de l’appareil sur sa chaîne YouTube, faisant la démonstration de ses qualités. Ces images ont fait parler d’elles en début de semaine, notamment parce que sur l’une des vidéos, Motorola précise que des "bosses" peuvent périodiquement apparaître sur l’écran et que cela est "normal".

Qu’à cela ne tienne, on est toujours emballé par cet appareil qui s’annonce intrigant.

Huawei Mate Xs, le copain pliable chinois

En mars prochain, Huawei présentera son prochain smartphone pliable, le Mate Xs. Celui-ci sera plus proche d’une mise à jour du Huawei Mate X, sorti le 15 novembre dernier et jouissant d’un certain succès commercial en Asie, que d’un véritable nouveau smartphone.

Selon le média chinois MyDrivers, repris par nos confrères des Numériques, ce nouveau modèle aurait un écran pliable plus solide. Comme Samsung, Huawei avait été critiqué pour le manque de solidité de ses nouveaux appareils. La charnière centrale devrait aussi être plus solide. Globalement, ce sont des modifications en termes de structure et de design qui seront ajoutées.

Rappelons que le Huawei Mate X n’est pas sorti en Europe ou aux États-Unis. Sa version améliorée aura tout de même droit à un stand au Mobile World Congress.

PS : le chapeau de cet article, écrit en gras, est une blague. Merci de votre compréhension.

Par Benjamin Bruel, publié le 28/01/2020

Pour vous :