AccueilTurfu

Vidéo : grâce au Neuralink d’Elon Musk, ce singe jouerait à Pong avec son esprit

Publié le

par Pierre Bazin

Est-il en moula également ? C’est une autre question.

La Planète des singes était-elle une fable d’anticipation depuis le début ? On pourrait se l’imaginer alors que Neuralink, l’entreprise d’Elon Musk spécialisée dans le développement de technologies de liaison entre cerveau et machine, vient de publier une incroyable vidéo sur sa chaîne YouTube.

Dans cet extrait de quelques minutes, on peut voir un macaque âgé de neuf ans jouer à MindPong, un dérivé du célèbre jeu Pong sorti en 1972, non pas à l’aide d’une manette… mais de son esprit ! Comme l’explique la vidéo, le singe a d’abord appris à utiliser un ordinateur grâce à un simple joystick. Six semaines auparavant, il s’était fait implanter une puce Neuralink et serait maintenant capable de jouer à Pong à la seule force de son esprit.

La vidéo explique que le dispositif Neuralink enregistre directement les informations depuis les neurones sur les positions de la main "pensées" par le macaque. Il semble ainsi capable de jouer au célèbre jeu vidéo sans le moindre outil extérieur. Il est à noter que la paille en métal qu’il a dans la bouche n’est pas un périphérique mais simplement une manière de lui délivrer une "récompense" lorsqu’il fait bien l’exercice demandé – un smoothie à la banane pour être exact.

Déjà en 2019, Elon Musk annonçait qu’un singe avait réussi à contrôler un ordinateur via Neuralink et, en août 2020, ce sont des cochons qui s’étaient prêtés à des expériences du même type. Comme l’a annoncé son PDG sur Twitter, cet outil pourrait être utilisé à l’avenir pour permettre aux personnes atteintes de paralysie d’utiliser, par exemple, un smartphone à la seule force de leurs pensées.

Neuralink n’est pour autant pas la première technologie à accomplir cet exploit digne des plus grands films de SF. En 2006 déjà, Matthew Nagle, ayant eu tout le corps en dessous des épaules paralysé depuis un incident en 2001, avait réussi à contrôler un curseur d’ordinateur grâce à une puce similaire et après quatre jours de "formation" à l’outil.

Elon Musk veut tout de même aller plus loin et explique que, dans un futur plus ou moins proche, la technologie Neuralink pourrait permettre à des paraplégiques de marcher à nouveau en remplaçant les capteurs neurologiques défectueux à l’origine de la paralysie.

Mais derrière toutes les annonces, on retient surtout la forme : une vidéo avec peu de contexte postée sur YouTube. Habituellement, ce genre de "haut fait" scientifique fait l’objet d’un long compte rendu d’étude (papier) publié afin que n’importe quel·le autre confrère ou consœur scientifique puisse l’étudier, vérifier et confronter données et faits.

Enfin, depuis le temps, on a bien compris qu’Elon Musk n’aimait pas faire comme tout le monde. Maintenant, la question est de savoir si le système Neuralink pourra supporter, sans la moindre surcharge, l’ego surdimensionné du "technoking" de Tesla.


Trouvez-vous les technologies "cerveau-machine" fascinantes… ou au contraire effrayantes ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :