Big O © Origin

Le rêve : une PS4, une Xbox One, une Switch et un PC dans une seule machine

Big O mettra-t-elle un terme à la guerre des consoles ?

Dans la communauté des gamers, la guerre des consoles est probablement le sujet de discorde le plus ancien et le plus sulfureux. Le conflit est sans pitié entre les aficionados de la PlayStation qui se targuent de leurs exclusivités, les Xboxars fiers de leur sacro-saint Halo, les N-Sex qui se complaisent dans leurs jeux Nintendo et bien évidemment les "PC Master Race", l’élite de l’élite.* 

L’heure d’enterrer la hache de guerre est peut-être arrivée avec cette nouveauté présentée par l’entreprise Origin : Big O. Conçue pour célébrer le dixième anniversaire de la société, cette machine n’est pour le moment qu’un prototype – mais le peu qu’on a pu voir donne très envie.

Publicité

À l’intérieur de cet immense boîtier, on trouve d’abord un dock intégré qui permet d’ajouter une Nintendo Switch en toute simplicité. C’est ensuite que les choses se compliquent un peu : la Xbox One X et la PS4 Pro ont été "fusionnées" au niveau de leur disque dur (un SSD de 2 To) et c’est désormais un refroidisseur liquide qui s’occupe d’éviter la surchauffe. Enfin, une véritable machine de guerre PC a été ajoutée : un processeur i9-9900K avec une carte graphique Nvidia Titan RTX, 64 Go de RAM et un disque dur de 14 To. "C’est le Gant de l’Infini du gaming", a résumé Lewis Hilsenteger de la chaîne YouTube Unbox Therapy.

La prise en main est très intuitive puisque tout se fait via une télécommande qui fait varier les différents flux HDMI sur votre écran, ce qui vous permet d’alterner entre Spiderman et Forza Horizon pour enchaîner avec Super Smash Bros. Ultimate avant de finir la journée sur le dernier jeu indé dégoté sur Steam.

Publicité

Malheureusement, la machine n’est pas encore destinée à la vente : il s’agit plutôt d’une prouesse technique. Par ailleurs, au vu du matériel, il va sans dire que le prix serait complètement absurde, avoisinant au moins les 15 000 euros. L’initiative a tout de même de quoi faire rêver, et on peut se mettre à imaginer un futur proche où tous les systèmes d’exploitation de jeux se tiendront par la main pour former une grande ronde vidéoludique – en dégageant les Mac, évidemment.

NB : les jugements de valeur de cet article n’engagent que son auteur pécéiste.

Par Pierre Bazin, publié le 25/07/2019

Copié

Pour vous :