AccueilGaming

Valve annonce le Steam Deck, la console portable pour jeux PC

Publié le

par Pierre Bazin

Et au vu de ses caractéristiques, c’est plutôt ça la Switch "Pro" qu’on attendait.

Ce n’était une surprise pour personne. Dans les couloirs des leaks, il se murmurait déjà depuis plusieurs mois que Valve, éditeur de la plateforme de jeux dématérialisés Steam, travaillait activement sur une console portable/hybride, proche des fonctionnalités et du design de la Nintendo Switch.

C’est désormais officiel : Le Steam Deck va débarquer ! Et cette annonce se fait dans un timing plutôt efficace puisque c’est une semaine après la (décevante) révélation de ce que sera la Nintendo Switch OLED à la rentrée.

Faire plus que la Switch ?

Le Steam Deck reprend la forme de la Switch avec des contrôleurs intégrés très semblables mais pas détachables comme les Joy-Cons. À droite on retrouve d’ailleurs les mêmes boutons X, Y, A, B et à gauche une croix directionnelle… étrangement trop à gauche d’ailleurs. Chose plus inédite, des boutons sont placés derrière. Ces L4, L5, R4, R5 viennent s’ajouter en plus des habituelles gâchettes L1, L2, R1, R2 et des joysticks à presser (L3, R3).

Nomade, la console de Valve pourra être branchée sur un écran par un simple port USB-C compatible DisplayMort 1.4. Il est annoncé que les résolutions atteignables ainsi seront une 8K à 60 HZ ou de la 4K à 120 HZ – on attend de voir. Pour le reste on retrouvera un classique port Jack 3.5 mm, des boutons de volume, un micro (!) ainsi qu’un emplacement de mini-carte SD.

Néanmoins il a aussi été annoncé qu’un dock d’accueil sera vendu séparément. Il n’est pas nécessaire pour avoir le jeu sur un écran extérieur mais il permettra de maintenir relevée la console tout en ajoutant des ports supplémentaires afin de brancher d’autres périphériques (autres écrans, Ethernet, souris, clavier, etc.).

Un PC dans les mains ?

Qu’est-ce que le Steam Deck a dans le ventre ? Eh bien plutôt du lourd. À l’intérieur on retrouve une puce graphique AMD RDNA 2 reposant sur la même architecture que celles équipant la PS5 ou la Xbox Series X – ça ne veut pas dire la même puissance exactement non plus.

Le processeur AMD Zen 2 aligne quatre cœurs pour une fréquence comprise entre 2,4 et 3,5 GHz – en overclock probablement. Enfin côté RAM (mémoire vive), la console de Valve se contentera d’une classique LPDDR5 16 Go.

L’écran de 7 pouces n’est pas OLED (lol) mais garde une classique dalle IPS LCD. En mode portable c’est une résolution HD de 1 280 sur 800 pixels, dans un format 16/10, qui sera affichée, le tout en 60 FPS – si tout va bien.

Enfin pour tenir tout ça, le Steam Deck reposera sur une batterie 40 Wh promettant une autonomie comprise entre 2 et 8 heures selon les "programmes exécutés". Comprenez : 2 heures si vous jouez à Control, 8 heures si vous faites des tableaux Excel.

Une Switch de luxe personnalisable ?

Et d’ailleurs vous pourrez bien faire des tableaux Excel puisque le système d’exploitation (OS) installé est tout simplement le bon vieux Linux. Mais il y a évidemment une incitation à privilégier l’utilisation de Steam, la plateforme de jeux dématérialisés qui est directement intégrée à la console.

Toutefois si vous bidouillez un peu Linux, vous pourrez faire absolument tout ce que vous voulez de votre Steam Deck, le transformant en PC aux multiples possibilités.

Côté prix, il faudra s’accommoder du stockage intégré que vous souhaitez :

  • 419 euros pour une interface eMMC de 64 Go eMMC
  • 549 euros pour un disque SSD (NVMe) de 256 Go
  • 679 euros pour un disque SSD (NVMe) de 512 Go

Les premières réservations commenceront en France à 19 heures, exclusivement sur Steam. Attention il ne s’agit pas de "précommandes" et pour essayer de limiter les phénomènes opportunistes de scalping, Valve limite à une commande par personne.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :