AccueilSociété

Aux États-Unis, cette petite balise toute bête a sauvé la vie d’un randonneur

Publié le

par Emma Couffin

Il était gravement blessé au beau milieu d’une forêt.

Aux États-Unis, cette petite balise toute bête a sauvé la vie d’un randonneur

© Joel Jasmin Forestbird / Unsplash

Que vous soyez parti randonner seul ou accompagné dans le Grand Canyon, Sarsat pourrait bien vous sauver la vie (encore faudrait-il avoir une balise sur soi…).

En effet, dans Wired, on apprend comment un randonneur gravement blessé dans la forêt nationale de Shasta-Trinity, en Californie, a pu être sauvé après avoir émis un signal radio depuis sa balise de localisation personnelle, aussi appelée "balise 406".

Le signal de 406 mégahertz a atteint des détecteurs situés sur des satellites en orbite faisant partie de Sarsat, un programme de localisation par satellite pour les opérations de recherche et de sauvetage.

Une fois que les satellites ont reçu le signal, ils en ont directement informé le centre de coordination de sauvetage à terre, livrant tous les détails de la position de la personne blessée. Les secours ont alors directement pu envoyer un hélicoptère pour lui venir en aide.

SOS d’un terrien en détresse

Le programme de sauvetage satellitaire Sarsat a été développé après un crash tragique aux États-Unis en 1972 impliquant deux membres du Congrès, Hale Boggs et Nick Begich, dont l’avion n’a jamais été retrouvé.

À cette époque, la Nasa entame ses recherches pour mettre au point des satellites permettant aux avions de signaler toute situation de détresse. Il faudra cependant attendre juin 1982 pour que la collaboration internationale, réunie sous le nom de Cospas-Sarsat (les États-Unis, le Canada, la France et l’ex-Union soviétique), lance son premier satellite.

Aujourd’hui, aux États-Unis, le programme Sarsat est désormais sous l’autorité de l’Agence américaine d’étude de l’atmosphère et de l’océan (NOAA), mais l’objectif reste le même : faciliter le travail des sauveteurs en réduisant leur temps de recherche, leur permettant d’intervenir plus rapidement auprès des marins perdus, explorateurs blessés ou rescapés d’un crash, par exemple.

En 2010, Dave Affens, responsable de la mission de recherche et de sauvetage de la Nasa, expliquait :

"Nous avons développé le concept de détection des signaux de détresse par le satellite, en les relayant aux stations au sol. Nous avons ensuite lancé le dispositif de détection de détresse sur un satellite météorologique de la NOAA, testé le concept et approuvé le système pour une utilisation opérationnelle."

Depuis la mise en place de ce dispositif, plus de 50 000 personnes dans le monde ont été secourues en activant leur "balise 406". Toutefois, le système est encore imparfait : certains terrains rendraient la géolocalisation plus compliquée (comme une falaise bloquant le signal, par exemple). Aussi, généralement, les personnes munies de cette balise ne s’en servent pas correctement : plus de 98 % des appels émis sont de fausses alertes.

Le système Sarsat est donc perfectible mais il reste, à ce jour, le moyen le plus efficace d’obtenir un sauvetage rapide aux États-Unis.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :