AccueilSociété

C’est l’anniversaire du 3310 : bien plus qu’un mème, c’était une révolution

Publié le

par Pierre Bazin

Oui, oui, 20 ans.

Le 1er septembre 2000, un petit téléphone sortait des usines finlandaises et hongroises de Nokia. À l’instar de son prédécesseur le 3210, le 3310 a été un hit interplanétaire de la téléphonie mobile, écoulé à 126 millions d’unités à travers le monde – contre 160 millions pour son aîné.

Bien qu’il ne soit pas le plus vendu de l’histoire (le trophée revient au Nokia 1100 avec 250 millions d’unités vendues), le 3310 est probablement LE modèle de GSM old school le plus connu et (re)connu de tou·te·s – du moins de celles et ceux qui sont né·e·s avant le IIe millénaire. À la question "pourquoi cette étrange popularité", une seule réponse semble revenir : Internet.

En effet, le Nokia 3310 n’a pas été seulement un succès commercial, il est devenu un mème. Début des années 2010, alors que 9gag est le summum de l’humour trouvable sur le Web, le 3310 est ressuscité si ce n’est glorifié par les internautes. En cause, son incroyable résistance dont chacun·e se souvient et qui est souvent mise en opposition aux "actuels" téléphones bien trop fragiles.

Posté sur le subreddit r/nostalgia en 2011, ce mème est considéré comme le patient zéro de la tendance Nokia 3310

Outre son incroyable résistance, on évoque également sa tenue de batterie alors que les récents iPhone de l’époque ne tiennent pas plus d’une journée – alors qu’aujourd’hui, ils tiennent sept jours sans avoir besoin d’être rechargés, c’est bien connu

En quelques années, le Nokia 3310 a été érigé en mème. Tout le monde, même les plus jeunes qui ne l’avaient pas connu, connaissent désormais son look rigide, sa solidité à toute épreuve. Bien conscient de cette hype, le constructeur finlandais a même relancé une version "remastérisée" du célèbre modèle en 2017.

Le Nokia 3310 n’était pas seulement solide

Peut-on dire que le Nokia 3310 a été aussi "réduit" à un mème ? Alors oui, disons-le franchement, sa batterie tenait des jours entiers… mais comme 95 % des téléphones de l’époque aux écrans à cristaux liquides, finalement.

Quid de cette fameuse solidité ? Il est vrai que le Nokia 3310 était solide et supportait toute chute. Le constructeur avait équipé le téléphone de 133 grammes d’un revêtement plastique très solide. Mais en réalité, beaucoup de téléphones de l’époque arboraient de telles protections. On peut en revanche concéder au 3310 qu’il est un des premiers à avoir eu des coques interchangeables pour un maximum de customisation.

Toutefois, réduire le 3310 à des caractéristiques finalement très classiques pour des téléphones de son époque ne serait pas lui rendre justice. Le Nokia 3310 était un bijou de technologie. Les fonctionnalités proposées étaient nombreuses, de la calculatrice au chronomètre en passant par des alertes de rappel. Sur le gigantesque (pour l’époque) écran de 84 × 48 pixels, on jouait à des dingueries de jeux intégrés : Pairs II, Space Impact, Bantumi et bien sûr Snake II.

Enfin, c’est surtout sur la communication que le 3310 a tout changé. Tout simplement parce qu’il permettait d’envoyer des longs SMS de 459 caractères, trois fois plus que ce qu’on pouvait écrire avant. Le téléphone possédait une sorte d’application dédiée aux SMS. En 2000, c’est probablement la fonctionnalité la plus proche de nos chats actuels. Il y avait même une fonction de reconnaissance vocale pour passer rapidement des appels au lieu de taper le numéro – prends ça, Siri.

Bref, oui le 3310 était solide. Mais pas seulement, c’était aussi un bijou high-tech.


Vous avez des anecdotes sur le 3310 ? Racontez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :