AccueilSociété

Des chercheurs ont réussi à retrouver l’ADN des "loups géants"

Publié le

par Pierre Bazin

Oui, les mêmes que dans Game of Thrones et leur histoire est aussi triste…

Le canis dirus, ou littéralement "loup sinistre", est une espèce éteinte dont descendent les canidés sauvages. Rendus célèbres par des séries comme Game of Thrones, les "dire wolves" sont des loups géants qui mesuraient au moins 1 mètre 50 de long pour 1 mètre au garrot environ. 

Or, selon des nouvelles recherches publiées dans Nature, des scientifiques auraient enfin réussi à séquencer leur ADN et leurs découvertes sont étonnantes. Déjà, rappelons que l’on pensait autrefois que les canis dirus étaient une sous-espèce des loups gris – l’espèce la plus commune aujourd’hui. S’étant éteints il y a environ 13 000 ans, les détails quant à leur disparition restaient néanmoins très flous.

La cinquantaine de chercheurs a réussi à analyser cinq restes fossilisés de cette espèce rare pour tirer de nouvelles conclusions. Les grands loups se seraient ainsi distinctement séparés des loups gris il y a plus de 6 millions d’années. Ainsi, les canis dirus n’auraient jamais pu se reproduire avec les loups gris et leur extinction n’est pas du fait d’une hybridation avec ces derniers.

Angela Perri, archéologue à l’université de Durham et auteur principal de l’article, explique :

"Avec cette première analyse d’ADN de loups géants, nous avons révélé que l’histoire des loups géants que nous pensions connaître – notamment une relation étroite avec les loups gris – est en réalité beaucoup plus compliquée qu’auparavant."

À titre de comparaison, les canis dirus seraient aussi proches des loups gris que les chimpanzés sont proches des êtres humains. Ainsi les derniers loups géants à s’être éteints il y a 13 millénaires auraient marqué la fin d’une lignée distincte de canidés. Du côté de nos chiens chéris, une équipe de chercheurs a découvert l’année dernière que le meilleur ami de l’homme se serait séparé du loup il y a environ 11 000 ans en cinq branches génétiques différentes, du fait évidemment de sa domestication. 

En revanche, l’étude n’explique toujours pas comment les chihuahuas ont réussi à survivre plus de 100 ans, un beau pied de nez à l’Évolution…


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :