(c) Getty

En Chine, on doit désormais se faire scanner le visage pour acheter un smartphone

Quand tous les pans de la société et du cyberespace sont scrutés par le gouvernement.

En Chine, pour pouvoir acheter un smartphone neuf, il faut désormais obligatoirement accepter de se faire scanner le visage. Depuis dimanche, une nouvelle directive oblige ainsi à se faire enregistrer par reconnaissance faciale pour que ses données soient liées à son numéro de portable et à sa carte SIM.

Une nouvelle étape dans la surveillance toute puissante et dans un espace numérique scruté jusque dans ses moindres recoins par le gouvernement de Pékin.

Publicité

Cette directive avait été approuvée en septembre pour "préserver les droits légitimes et les intérêts des citoyens en ligne", selon les termes utilisés par le texte et cités par l’AFP. Il prévoit ainsi que les opérateurs téléphoniques utilisent "l’intelligence artificielle et tous les moyens techniques possibles" pour s’assurer de l’identité réelle des gens qui achètent un nouveau smartphone.

En réalité, l’enregistrement sous identité réelle d’un appareil mobile est une obligation depuis 2013. Mais le recours à l’intelligence artificielle et la reconnaissance sont une nouveauté.

En Chine, la reconnaissance faciale a pris une place importante dans l’espace public. Les supermarchés, le métro et les aéroports sont équipés de technologies de ce type. Le géant du commerce Alibaba propose même de payer par reconnaissance faciale au sein de ses supermarchés Hema, comme le souligne Reuters.

Publicité

Comme nous l’apprenait aussi Le Monde ce mois-ci, dans une enquête réalisée aux côtés de plusieurs médias internationaux, la reconnaissance faciale est aussi utilisée par la Chine dans la région du Xinjiang, où la minorité ethnique et musulmane des Ouïghours est surveillée, réprimée et souvent enfermée dans des camps.

Par Benjamin Bruel, publié le 02/12/2019

Copié

Pour vous :