AccueilGaming

Facebook se rallie à Epic Games dans sa guerre contre Apple

Publié le

par Victoria Beurnez

La liste des contestataires s'agrandit contre les pratiques d'Apple et Google.

Vendredi 14 août, Epic Games s’est lancé dans un combat à mort contre deux Béhémoth de la tech' : Apple et Google. Si vous n’avez pas suivi l’affaire, Fortnite a été supprimé des magasins iOS et Android après qu’Epic Games a proposé aux joueurs un système pour éviter les commissions de 30 % d’Apple et Google sur les contenus payants du jeu.

Bien remonté, le studio a tout donné en termes de mise en scène pour dénoncer les pratiques anticoncurrentielles des deux entreprises. Cette prise de position pour le moins radicale n’est pas restée sans écho dans le monde de la tech. On parlait déjà vendredi de Spotify et Tinder, et la liste continue de s’agrandir.

Facebook prend parti

Dernièrement, c’est donc Facebook qui a rejoint la vendetta. Le réseau social propose à des PME d’une vingtaine de pays la publication de cours en ligne sur leur page Facebook. Les tarifs sont définis librement, et c’est là que la taxe d’Apple entre en jeu : ce ne sont pas seulement les contenus liés aux jeux vidéo qui sont impactés par cette commission de 30 %, mais la quasi-majorité des contenus proposés à l’achat sur l’application, fut-elle téléchargée via l’App Store.

"Nous avons demandé à Apple de réduire sa taxe de 30 % de l’App Store ou de nous permettre de proposer (notre système de paiement) Facebook Pay, afin d’absorber tous les coûts des entreprises en difficulté pendant le Covid-19", a indiqué Fidji Simo, une vice-présidente en charge de l’appli Facebook que nous avions interviewée, dans un communiqué publié vendredi et relayé par l’AFP. "Malheureusement, ils ont refusé nos deux requêtes et les PME ne recevront que 70 % de leurs revenus durement gagnés", a-t-elle ajouté.

Facebook a donc promis de ne pas toucher de commission sur ces événements pendant au moins un an et Apple ne semble vouloir faire aucun geste pour le moment. Ces PME percevront l’intégralité des sommes récoltées uniquement si elles utilisent un ordinateur ou un appareil mobile sous Android, le système d’exploitation de Google. De plus, selon les informations de The Verge, le réseau social étiquette les billets pour ce type d’événements en prévenant clairement : "Apple prélève 30 % de cet achat."

Apple dans le collimateur

Si la lumière est aussi portée sur Apple, c’est parce que les voix se font de plus en plus fortes envers les pratiques de l’entreprise de Tim Cook, qui est bien moins flexible avec ses commissions que Google. Dernièrement, xCloud, le nouveau projet de streaming de jeux vidéo de Microsoft, se voyait tout simplement refuser l’entrée de son application sur l’App Store.

Dans un article de The Verge, il était ainsi dévoilé qu’Apple estimait que "les lignes directrices qui composent un service de streaming, comme xCloud ou encore Google Stadia, le rendent non fonctionnel sur un iPhone". Ils ont également affirmé que leurs conditions d’utilisations violaient les principes de l’App Store.

En plus d'Epic Games, qui a tout de même jeté un sacré pavé dans la mare, il y a donc toute une ribambelle d’acteurs qui se rejoignent dans une critique commune d’Apple. Pour rappel, les GAFA se faisaient déjà épingler il y a quelques semaines par la justice américaine lors d’un procès visant à déterminer, entre autres, si leurs pratiques étaient effectivement délétères pour la concurrence.


Que pensez-vous de cette nouvelle ? Exprimez-vous à hellokonbinitechno@konbini.com, nous serons heureux d’entendre votre avis !

À voir aussi sur techno :