AccueilSociété

Grande première : TikTok promet de dévoiler ses algorithmes et données privées

Publié le

par Battiste Delfino

Pour estomper la défiance à son égard, l'entreprise joue carte sur table, et incite ses concurrents à faire de même.

Malgré un succès fulgurant en Occident, TikTok pourrait bien se voir interdire aux États-Unis. Soupçonné de connivence avec l’État chinois depuis ses débuts (thèse surdéfendue par Donald Trump), le nouveau mastodonte des réseaux sociaux peine à se faire des alliés outre-Atlantique.

Pour rassurer le Congrès américain, ses investisseurs, et surtout pour faire taire les rumeurs l’accusant d’exploiter de manière abusive les données personnelles de ses utilisateurs, l’entreprise vient d’annoncer par un communiqué vouloir jouer carte sur table, et compte dévoiler le fonctionnement de ses algorithmes au monde entier.

Hier, mercredi 29 juillet, alors que les géants des GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) comparaissaient devant le congrès américain à l’occasion d’une audition inédite, Kevin Mayer, le CEO de TikTok, a déclaré vouloir faire du challenger un exemple de transparence, tout en prenant "une longueur d’avance" sur ses concurrents :

"Le plus important est de profiter de ce moment pour engager des conversations plus approfondies sur les algorithmes, la transparence et la modération du contenu, et pour élaborer des règles de conduite plus strictes. Nous faisons le premier pas, parmi beaucoup d’autres, pour répondre à ces préoccupations et nous appelons l’industrie à suivre notre exemple, dans l’intérêt des utilisateurs et des créateurs du monde entier."

Une annonce qui fait l’effet d’une bombe tant ces informations demeurent opaques depuis la naissance des réseaux sociaux et autres plateformes. Et le timing est très bien choisi puisque, comme le souligne The Verge, aucune entreprise de tech n’avait fait l’objet d’un procès aussi important depuis la charge antitrust contre Microsoft en 1990. 

TikTok continue :

"L’ensemble du secteur a fait l’objet d’un examen minutieux, et à juste titre. Cependant, nous avons fait l’objet d’un examen encore plus minutieux en raison des origines chinoises de la société. Nous acceptons cela et relevons le défi de réassurer une tranquillité d’esprit à nos utilisateurs, grâce à une transparence et une responsabilité accrue. Nous pensons qu’il est essentiel de montrer aux utilisateurs, aux annonceurs, aux créateurs et aux régulateurs que nous sommes des membres responsables et engagés de la communauté américaine, et qui suivons les lois américaines sur son territoire."

Chacun son camp, la balle au centre

Ces derniers jours, l’entreprise avait multiplié les annonces pour démontrer sa bonne foi et s’insérer de manière pérenne sur le sol américain.

TikTok avait annoncé le 23 juillet qu’elle comptait créer un fonds de 200 millions de dollars (170 millions d’euros) réservés exclusivement à la rémunération des créateurs et des créatrices de contenu aux États-Unis. Deux jours avant, le porte-parole du TikTok USA, Josh Gartner, avait également affirmé que l’entreprise comptait créer 10 000 emplois dans le pays au cours des trois prochaines années. 

Et ça ne s’arrête pas là : selon un article du New York Times, le chinois ByteDance aurait même l’intention de se séparer de TikTok – du moins en partie – et d’ouvrir son capital à des entreprises américaines, à l’instar des investisseurs Sequoia Capital et General Atlantic, spécialistes des nouvelles technologies.

Dans son communiqué, Kevin Mayer s’est d’ailleurs voulu rassurant sur cette orientation : "Je suis convaincu que nous aurons les bonnes réponses à vous donner. Et là où nous ne les trouverons pas, nous nous améliorerons, insiste-t-il. Il nous incombe de prendre les devants, et nous le faisons, et continuerons de prendre les mesures audacieuses nécessaires. J’accepte ce défi."

Nous ne savons toujours pas où, quand, et comment ces promesses de transparence algorithmique seront dévoilées, mais l’annonce a dû provoquer des sueurs froides chez la concurrence, notamment chez Facebook (WhatsApp, Messenger, Facebook, Instagram), le groupe étant régulièrement épinglé pour son manque de transparence. 


Et vous, voyez-vous d’un bon œil ce rapprochement entre TikTok et les États-Unis ? Craignez-vous toujours, comme d’autres, que vos données finissent par être utilisées par le parti communiste chinois ? Votre avis nous intéresse ! Envoyez-nous votre témoignage sur hellokonbinitechno@konbini.com !

À voir aussi sur techno :