AccueilSociété

Le papa de la NES et de la Super NES est mort

Publié le

par Pierre Bazin

Il laisse derrière lui un immense héritage.

Le site d’actualité japonais Orecon News nous informe que Masayuki Uemura est décédé à l’âge de 78 ans. Architecte des consoles Famicom et Super Famicom, plus connues en Occident sous le nom de NES et SNES, Uemura avait quitté Nintendo en 2004 pour devenir directeur d’études à l’université de Ritsumeikan à Kyoto.

Masayuki Uemura avait commencé sa carrière dans l’entreprise de composants électroniques japonaise Sharp. Il vendait principalement des cellules photoélectriques à d’autres entreprises nippones. Parmi ses clients, Nintendo avait utilisé ces cellules pour produire un "ray-gun" destiné à être utilisé pour des jeux sur écran. En 1971, il rejoint directement Nintendo, et commence à travailler avec Gunpei Yokoi sur le "Laser Clay System".

Avec la crise pétrolière de 1971, Nintendo essuiera de nombreuses pertes et ne vendra que très peu ce jeu d’arcade. Duck Hunt, en 1974, prendra la relève en borne avant de devenir l’immense succès que l’on connaît, une fois porté sur NES, dix ans plus tard.

En 1981, le président de Nintendo Hiroshi Yamauchi appelle Uemura et lui demande de "créer un système de jeu vidéo qui pourrait jouer des jeux sur cartouche". Comme il l’expliquait il y a un an au micro de Kotaku :

"Il aimait bien m’appeler après avoir pris quelques verres, donc je n’ai pas trop pris la chose au sérieux […] Le matin suivant, il revient vers moi, sobre, et me dit : 'Ce dont on a parlé hier, tu es dessus ?' C’est à ce moment-là que j’ai compris qu’il était complètement sérieux."

C’est ainsi que naît en juillet 1983 la Family Computer, ou Famicom. Renommée Nintendo Entertainment System (NES) quelques années plus tard pour le marché occidental, la console va durablement marquer le monde du jeu vidéo, lui redonnant espoir après le krach de 1983. Elle s’est écoulée à près de 62 millions d’unités pour envahir tous les foyers de la planète, redonnant un sens "populaire" au jeu vidéo.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur techno :