AccueilSociété

Onlyfans fait machine arrière et n'interdira pas la pornographie

Publié le

par Benjamin Bruel

La plateforme revient sur son annonce et assure avoir obtenu "les assurances nécessaires" pour les travailleurs du sexe.

Il aura fallu moins d'une semaine à Onlyfans pour faire machine arrière. Vendredi 20 août, dans un communiqué de presse et un message envoyé aux créateurs de contenus, la plateforme britannique annonçait la mise au ban de "tout contenu sexuellement explicite" à partir du premier octobre prochain.

Les raisons ? Comme nous l'expliquions dans un article, la raison principale semblait de satisfaire aux exigences des services de paiement comme MasterCard, qui va prochainement imposer de nouvelles règles de contrôle extrêmement scrupuleuses à ses partenaires évoluant avec le milieu de la pornographie.

Mais, ce mercredi 25 août, Onlyfans a finalement fait machine arrière : "Nous avons obtenu les assurances nécessaires pour soutenir notre communiqué de créateurs et créatrices", annonce l'entreprise dans un tweet, promettant que plus d'informations seraient transmises prochainement à ceux-ci. Onlyfans n'interdira donc finalement pas la pornographie sur sa plateforme.

Qu'est-ce qui a pu changer si rapidement ? Les détails de l'affaire sont pour le moment inconnus. Toutefois, dans une interview donnée au Financial Times hier, Tim Stokely, fondateur de la plateforme, accusait non pas les services de paiement mais le secteur bancaire. "[Concernant] le changement de politique, nous n'avons pas le choix – et la raison simple, ce sont les banques", affirmait-il alors. Il nommait d'ailleurs explicitement trois organismes bancaires (Metro Bank et JPMorgan Chase, Bank of New York Mellon) qui refusaient de travailler avec Onlyfans en raison du "risque de réputation" d'être associé aux travailleurs du sexe. Cette dernière banque aurait d'ailleurs "signalé et rejeté" chaque transaction électronique impliquant OnlyFans, menaçant ainsi sa capacité à payer les créateurs. Onlyfans, qui cherche par ailleurs de nouveaux fonds pour augmenter sa valorisation à un milliard de dollars, a semble-t-il trouvé une solution à ces problèmes.

Mais du côté des travailleurs du sexe évoluant sur la plateforme, le mal est déjà fait : certains expliquent sous le tweet d'annonce publié ce jour avoir perdu des dizaines d'abonnés lors de l'annonce, tandis que d'autres se sont précipités vers d'autres plateformes comme MYM ou Fansly. Il faudra voir si Onlyfans arrive à inverser la tendance – et retrouver la confiance des créateurs.


Que pensez-vous de cette situation ? Écrivez-nous à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur techno :